AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Test de Louise T. Johnson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sélène Nalymé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4787
Age : 25
Humeur : Cool
Date d'inscription : 20/03/2006

Votre personnage
Trésor: 500 po’s
Vos Relations:

MessageSujet: Test de Louise T. Johnson   Jeu 11 Aoû - 21:18

Bienvenue sur ton test, Louise !

Pour passer ce test, tu vas devoir poster un message comme si tu étais en RPG afin que l'on puisse évaluer ton niveau.
Si
tu échoues à ce test, tu pourras bien sûr poster dans la partie RPG,
mais tu devras suivre des cours obligatoires de RPG par le professeur de
ton choix.

Si tu as commencé à poster dans la partie RPG, tu peux proposer l'un des sujets que tu as déjà écrits (un seul message suffit).
Si
tu n'as pas encore fait de RPG sur ce forum depuis ta validation, dis
le moi, et je te donnerai un contexte auquel tu devras répondre.

Je
te rappelle que tu es évalué sur la qualité d'écriture, la quantité (il
ne faut pas forcément que ce soit très long, mais quelques lignes ne
suffisent pas), les fautes d'othographe, la présentation, etc... Tout ce
qui fait qu'un message est agréable à lire !

Merci, et bonne chance !

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Test de Louise T. Johnson   Ven 12 Aoû - 0:12

Contexte :
Louise se ballade dans la rue à la recherche d'un objet précieux qu'elle doit remettre à une personne haute placée. En échange, elle recevra une grosse somme d'argent, mais son parcours est semé d'embuches...


    Une nuit sombre s’était levée sur les Caraïbes. Seules les lumières sur l’île de Tortuga brillaient de mille feux, tel l’Enfer au beau milieu de la mer des Caraïbes y abritant ses âmes perdues. L’entrée de la Baie restait plongée dans la pénombre, dans un calme que seule l’écume se brisant contre les rochers perturbait. Puis un navire, aussi imposant qu’effrayant, se glissait à travers le brouillard tel un navire fantôme, entrant dans la Baie afin d’accoster le port de Tortuga.

    Sur le pont, une silhouette. Immobile, les mains posées sur le bastingage, faisant face à l’île. Arborant une cape noire, une capuche masquant sa chevelure dorée, Louise plongeait dans ses pensées. Il y a maintenant quatre mois qu’elle se trouvait sur ce navire, prisonnière d’un capitaine et de son équipage d’infâmes pirates. Elle, dont la vie avait si bien commencé. Elle, dont le destin semblait déjà tout tracé, elle qui semblait à présent avoir tout perdu.
    C’était la deuxième fois que le navire accostait à Tortuga. La première fois, Louise n’avait pu mettre un pied en dehors du navire, le capitaine craignant une évasion certaine. Cette fois, le Capitaine du navire lui avait donné une mission : partir à la recherche d’un bijou précieux en échange d’une grosse somme d’argent. Il était évident pour Louise que cet argent, elle n’en voulait pas. Elle devait pour l’instant lui obéir et tenter plus tard de marchander son retour vers sa Nouvelle-Orléans natale. Elle ne pouvait s’enfuir ici, ne connaissant point l’endroit, l’équipage la retrouverait avec la plus grande facilitée.
    Le navire avait maintenant jeté l’ancre. L’équipage accourait en dehors du navire prêt à prendre du bon temps. Elle entendit le capitaine sortir de sa cabine, se dirigeant vers elle. Il posa une main sur son épaule :

    « A toi de jouer, poupée. »

    Prise de dégoût, elle se retira de son étreinte.

    « Maudit pirate. » murmura-t-elle, avant de se diriger vers la passerelle, et de quitter le navire.

    Afin de passer inaperçue, Louise garda la capuche de sa cape sur la tête. La présence d’une femme dans une ville remplis de pirates ne pouvait que porter préjudice à celle-ci. Même elle le savait. Le capitaine lui avait laissée une carte pour trouver son chemin, ainsi qu’un pistolet pour se défendre en cas de danger. Sa silhouette disparut dans les rues mal fréquentées de Tortuga.
    Elle se trouvait plongée au beau milieu de l’Enfer : les pirates bien évidemment saouls hurlaient, riaient, et tiraient à torts et à travers. Les prostituées arpentaient les rues, seules ou à plusieurs, accostant chaque passant. Elle prit de la vitesse dans sa marche afin d’échapper à ce terrible spectacle, quand soudainement un pirate la prit violemment par le bras et l’entraîna en arrière. Sa capuche ne résista pas au choc et laissa dévoiler son visage de poupée et sa chevelure blonde. L’homme pointa son arme sur elle, et dit d’un ton menaçant :

    « Viens par ici, poupée »

    L’une des prostituées au loin, témoin de la scène, accourut au secours de la belle en assommant l’homme à l’aide d’une bouteille vide. Les prostituées se connaissant toutes dans la ville, et n’ayant pas reconnue l’une des leurs, la vieille femme en avait déduit que Louise n’était pas ici pour les mêmes obligations.

    « Tu ne devrais pas traîner par ici, ma belle. C’est dangereux. » Lui dit-elle avec une tape amicale sur l’épaule.

    Louise, encore déboussolée, répondit d’un simple hochement de tête et d’un faible « merci », avant de partir en courant. Il fallait qu’elle trouve ce bijou le plus rapidement possible, et quitter cet affreux endroit.
    D’après la carte, elle était sur le bon chemin. Plus elle avançait, et plus les rues se vidaient. Elle remit sa capuche en place et marchait de plus en plus vite. Puis elle entendit des coups de feu, puis des cris. Effrayée, elle partit se cacher dans une impasse. La voix menaçante d’un homme se fit retentir. Puis celle d’un second, plus affaiblie, sûrement celle de l’homme qui venait de se faire tirer dessus. Il hurlait à la mort, tandis que son agresseur lui réclamait de l’argent, menaçant de l’abattre pour de bon la prochaine fois. Louise haletait, sanglotait, apeurée, et malheureusement pour elle, son angoisse se fit entendre par l’agresseur. Elle entendit des pas se diriger vers l’impasse où elle tentait de se cacher. Ses mains tremblantes fouillaient les poches de sa cape à la recherche de son pistolet, et tandis qu’elle la tenait enfin dans l’une de ses mains, une ombre fit son apparition face à elle. Elle tenta de s’enfuir, mais l’homme la plaqua contre un mur. Elle se défendit de toutes ses forces, appelait à l’aide, hurlait même.

    « Lâchez-moi ! Au secours, aidez-moi ! »

    Puis un coup de feu, puis l’homme tomba à terre. La main tremblante, le pistolet encore fumant pointé vers le cadavre, Louise tentait de reprendre sa respiration tout en pleurant son infortune. Pourquoi était-elle là ? Qu’avait-elle fait pour mériter tout ce qu’elle avait enduré ? Elle eut encore une fois de la chance, mais peut-être serait-ce la dernière fois.
    Elle n’était maintenant plus loin de sa destination. Elle quitta l’impasse, accourant vers une habitation qui semblait être son point de rencontre. Elle frappa à la porte, une femme ouvrit la porte et quémanda son identité. Elle se présenta, expliqua la raison de sa venue et qui l’avait envoyé. On la laissa entrer.
    Elle ressortit un quart d’heure plus tard, muni d’un talisman orné de pierres précieuses censé protéger celui qui la détient d’un sortilège ou d’une malédiction. Ayant mémorisé le chemin de retour vers le navire, elle courut jusqu’à celui-ci.
    Une fois arrivée au navire, Louise se dirigea vers la cabine du capitaine. Elle frappa à la porte et entra. Celui-ci examinait ses cartes, puis se tourna vers elle. Elle lui donna le talisman. Il esquissa un sourire, et fit :

    « Je craignais d’avoir jugé trop vite ta capacité à accomplir cette mission, mais tu as finalement réussi. Je te félicite, voilà ta récompense. »

    Il lui indiqua la bourse rempli d’argent posée sur son bureau. Elle y jeta un furtif coup d’œil, et lui répondit :

    « Je ne veux pas de votre argent, je veux rentrer chez moi. »

    « Je crains que ce ne soit impossible très chère Louise. »

    Elle se sentit désarmée, la gorge serrée et les larmes aux yeux, et répondit dans un sanglot :

    « Mais pourquoi ? Vous n’avez pas besoin de moi ici, je ne suis d’aucune utilité ! »

    « Bien au contraire, poupée. Tu es comme un trésor : précieuse, et marchandable. »

    Il ne changerait pas d’avis. Furieuse, Louise tourna les talons, quitta la cabine en claquant la porte, avant de noyer son chagrin dans les cales du navire, suppliant à qui voulait l'entendre de la sauver de son infortune.
Revenir en haut Aller en bas
Sélène Nalymé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4787
Age : 25
Humeur : Cool
Date d'inscription : 20/03/2006

Votre personnage
Trésor: 500 po’s
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Test de Louise T. Johnson   Dim 14 Aoû - 16:14

La quantité 3.5/4

Une bonne quantité, on a de quoi lire, ce n'est pas trop court ni trop long donc c'est vraiment très bien de ce côté là.

La qualité (structures des phrases...) 1/2

Tes phrases sont assez bien dans l'ensemble mais certaines ont tendance à être trop longue et tu t'emmêles parfois dans les temps ou dans la structure de la phrase, par exemple :
"Sur le pont, une silhouette. Immobile, les mains posées sur le bastingage, faisant face à l’île." --> Ces deux phrases ne sont pas longues en elles même mais leur tournure n'est pas bonne, ce n'est pas français. Tu n'aurais pas du séparer de cette manière ces deux phrases. Il te manque notamment le sujet de la phrase car on ne sait pas qui est immobile, les mains posées...
Exemple de correction : "Sur le pont, une silhouette demeure immobile. Ses mains sont posées sur le bastingage. Elle fixe l'île en face d'elle."

Style et Créativité 2.5/4

Niveau de la créativité il n'y a aucun problème tu as de l'imagination ! Au niveau du style, tu as beaucoup de vocabulaire mais c'est surtout le problème au niveau de tes phrases qui le gâchent comme je l'ai dit précédemment, je crois que c'est ton problème majeur sinon il n'y a pas grand chose à redire, donc fait bien attention à la tournure de tes phrases.

L'orthographe 4.5/5

Presque aucune fautes d’orthographe, bravo ! Peut être que j'en ai loupé mais en tout cas tu es forte à ce niveau là Wink
> Elle ne pouvait s'enfuir ici --> elle ne pouvait s'enfuir d'ici

La présentation 4.5/5

Très bonne présentation, ton texte est justifié, et de plus tu as mis des couleurs en ce qui concerne le dialogue c'est donc très agréable comme mise en page. Ton texte est aéré. Nickel.

BILAN 16/20

Tu réussis le test sans problème tu as un très bon niveau mise à par les structures de phrases en début de RP.
Bon vent l'ami !

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Test de Louise T. Johnson   

Revenir en haut Aller en bas
 
Test de Louise T. Johnson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MOBILEFUN.FR] Test du support voiture universel : Le Clingo sur Génération mobiles
» Petit test D3s + TC20EIII + 70-200
» Test Canon 7D vs Nikon D300s vs Sony A500 (anglais)
» Test Tokina AT-X M100 AF PRO D 100mm F/2.8 (A)
» Test de géographie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Corbeille-
Sauter vers: