AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le vent nous portera ! [PV Jack]

Aller en bas 
AuteurMessage
Capitaine Elen Cleaver
Pirate
Pirate
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 21
Localisation : Toujours entre deux eaux !
Humeur : 'Tention ! Je mords !
Métier : Capitaine du Elen's spirit
Date d'inscription : 25/07/2013

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Le vent nous portera ! [PV Jack]   Dim 24 Nov - 13:28

J'étais rentrée de mon expédition en piètre état: j'avais du demander les services du charpentier, car l'inquiétante voie d'eau qu'avaient ouvert les Français dans mon bâtiment menaçait de le faire couler, et mon équipage était plus qu'amoindri, à tel point que le bâtiment devenait difficile à manœuvrer. De plus, les quelques hommes restant, ma seconde et moi-même étions épuisés après la bataille, et nous avions tous grand besoin de repos. J'avais commencé ma recherche d'hommes vaillants et courageux à la taverne de Tortuga, mais mon enquête avait malheureusement été peu fructueuse. C'est un peu démoralisée que j'avais laissé mes matelots sous le contrôle de mon quartier-maître et que je m'étais éloignée, une bouteille de rhum à la main. Le tricorne fièrement enfoncé sur la tête, je descendis la longue allée qui menait à la plage. J'avais déjà pas mal bu, et je me trouvais un peu éméchée. Cependant, je n'avais pas avalé assez de rhum pou ne plus pouvoir marcher, et je traçais ma rote sur l'île des pirates. Aucun Anglais n'avait plus remis le pied ici depuis la venue impromptue d'Alexandre, qui ne s'était pas soldée comme on aurait pu l'imaginer. L'issue avait été plus heureuse que je ne l'avais pensée, et c'était aussi bien comme ça. Même si je sentais qu'au fond d'elle, Ana m'en tenait toujours un peu rigueur, bien qu'elle s'en défende à chaque fois que j'évoquais ça avec elle. Avançant sous les étoiles, le ciel clair balayant mes pensées, l'alcool aidant, je me retrouvais bien vite sur le sable fin de la grève. La douce sensation du vent sur mon visage me rendait presque euphorique, et je me laissais tomber près d'un vieux tronc d'arbre que la mer avait laissé là dans sa colère.

Je ne m'aperçus que bien après que de la fumée noirâtre montait non loin de là. Sûrement un feu de joie, organisé par des camarades pirates complètement saoules, qui fêtaient on ne sait quelle bataille imaginaire. Le bruit des flammes crépitait jusqu'à moi, et je m'allongeais sur le dos. Avalant une nouvelle gorgée de rhum, je fermais les yeux. Jusqu'à ce que je sente que quelqu'un trébuche sur moi en lâchant un juron, et s'écroule juste à côté de moi dans le sable. Me redressant trop vite, la tête qui tournait, je l'insultais :


-Regard'voir où t'marches, charogne !

Il se remit sur ses pied, une bouteille vide à la main, et je fis de même, sauf que je tanguais moins que lui. Il essaya de me donner un coup de poing, que j'esquivais un peu moins souplement que d'habitude. Plantant ma bouteille dans le sol, je lui envoyais un coup de pied dans le genoux, mais l'alcool avait effacé toute trace d'agilité dans mes gestes, et je roulais de nouveau dans le sable. Je me remis debout en zigzaguant, et c'est là que j'aperçus une silhouette vaguement familière au loin, et de l'autre côté, un groupe d'autres qui ne me disaient rien. L'ombre que je reconnus me semblait être celle du célèbre Jack Sparrow, et quand il s'approcha, je remarquais son inimitable et comique démarche, efféminée et exagérée au possible, mais qui était là sa plus belle marque de fabrique. Je l'interpellais au moment où l'autre boulet me sauta sur le dos pour me re balancer au sol:

-Le fantastique... Jack Sparrow ! Quelle surprise imprévue... Que faîtes vous ici, la mer vous a abandonné ?

Je parlais de manière chaotique, l'alcool me faisant perdre toute trace d'habilité dans le langage, contrairement à d'habitude, où j'arrivais à aligner des phrases à peu près convenables. De plus, je me battais avec l'autre abruti qui ne me lâchait plus, et je me pris un coup de poing qui m'ouvrit l'arcade sourcilière, laissant une traînée de sang sur ma tempe. En retour, je lui fracassais maladroitement le nez, mais je fus submergée par le nombre quand le groupe vint s'ajouter à la bagarre, et je pris plusieurs coups, dont un qui me frappa au ventre et me jeta à terre dans un juron étouffé par la douleur. Roulant dans le sable, les traits maculés du liquide rouge au goût de fer, je retenais un gémissement de douleur. Ma tête devenait lourde, les battements de mon cœur m'explosaient le crâne, et ces ivrognes ne comptaient visiblement pas en rester là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capitaine Jack Sparrow
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Là où y a du rhum!
Humeur : Oh! Du rhum!
Métier : Capitaine de ma Perle!
Date d'inscription : 30/06/2013

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ! [PV Jack]   Ven 10 Jan - 4:02

« Et yo-ho-ho, et une bouteille de rhum! »

Sur ces mots, le capitaine rejeta la tête vers l'arrière et but avidement trois longues gorgées de rhum. Trois gorgées seulement, car il arriva à la fin de la bouteille. Surpris -et fâché d'avoir tout bu- il fixa le goulot de la bouteille un instant, puis la souleva pour s'assurer qu'il ne restait vraiment rien. Il haussa un sourcil, puis lança négligemment la bouteille derrière lui.

« Vide. Encore. Le rhum est toujours vide. Pourquoi? »

Jack soupira. Il se leva, tentant de se débarrasser du sable qui avait collé au derrière de ses bottes ainsi qu'à son précieux chapeau qu'il avait déposé sur le sol. Allons chercher du rhum. Il enfonça son chapeau sur son crâne et secoua la tête un instant, titubant sur ses jambes quelques secondes. Puis il se décida à se rendre jusqu'au centre de Tortuga. Cependant, ce qui ressemblait à une bataille attira son attention. Il marcha donc en direction de ce chamboulement, puis une voix féminine -quoi qu'un peu amochée par l'alcool- l'interpella:

« Le fantastique... Jack Sparrow ! Quelle surprise imprévue... Que faîtes vous ici, la mer vous a abandonné ? »

Le pirate s'approcha de la femme alors que les ivrognes s'empilaient les uns par-dessus les autres pour se battre contre elle. Il leva le bras, doigt levé, pour rectifier.

« Capitaine. Capitaine Jack Sparrow, mais il est vrai que je suis fantastique. »

Jacky s'approcha encore un peu du tumulte.

« Abandonné... pas tout à fait. »

Le capitaine esquiva un marin saoul qui se ruait vers lui.

« Disons plutôt que... j'avais besoin de refaire ma réserve de rhum. »

Un ivrogne se retourna vers lui avec un couteau, ayant probablement la ferme intention de le scalper. Jack se pencha vivement sur le côté pour éviter le couteau, empoigna la main de l'homme et lui fit effectuer le plus beau flip arrière qu'il avait dû faire dans toute sa vie. Puis il se retourna vers la bataille. Sa merveilleuse intuition de la gente féminine l'informa que la dame aurait peut-être besoin d'un peu d'aide. Le pirate s'approcha donc maladroitement, et, à grand renfort de geste, commença:

« Dites-moi... auriez-vous besoin d'un coup de main du légendaire Capitaine Jack Sparrow? »

Jack haussa un sourcil tout en regrettant d'avoir proposé son aide aussi gratuitement.

« Disons... contre deux bouteilles de rhum? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capitaine Elen Cleaver
Pirate
Pirate
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 21
Localisation : Toujours entre deux eaux !
Humeur : 'Tention ! Je mords !
Métier : Capitaine du Elen's spirit
Date d'inscription : 25/07/2013

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ! [PV Jack]   Ven 10 Jan - 13:07

Les marins essayaient sans relâche de me sauter dessus pour me frapper, l'ivrogne me menaçant de son cadavre de bouteille. Il la fracassa sur un rocher pour la briser et l'ébrécher afin de se servir de son arme improvisée. L'alcool faisait se superposer puis s'écarter subitement les images devant mes yeux, et je ne vis pas un matelot qui m'arriva par derrière et me sauta sur le dos. Je commençais à être un tout petit submergée par le nombre, et ça commençait à devenir difficile à gérer. Lui attrapant la manche, je le tirais jusqu'au sable, avant de lu écraser un violent coup de poing au visage. Celui-ci, il ne parvint pas à l'esquiver, et une grosse marque rouge lui cercla l'oeil. J'eus juste le temps de me baisser pour éviter un type jouant à Superman. Seulement, il avait plus bu que les autres, et alors qu'il essaya de sauter, il s'écrasa avant de me percuter. Je continuais alors à frapper son camarade jusqu'à ce que je sois certaine qu'il ne se relève pas avant une ou deux bonnes heures. J'avais mal aux poings, et l'alcool me retournait l'estomac. Je jetais un rapide regard à ma bouteille de rhum à moitié pleine, toujours plantée dans le sable, où je m'étais assise avant que cette bande de saoulards ne se jettent sur moi comme des malpropres. Je jetais un regard au Capitaine, qui se tenait nonchalamment là en essayant d'éviter les quelques pochtrons qui s'en prenaient aussi à lui. Il avait pas mal picolé, lui aussi, et il avait tendance à marcher en zigzaguant. J'espérais seulement qu'il aurait encore les idées suffisamment claires pour avoir la présence d'esprit de me filer un coup de main face à ses crétins, même si ça créer un monstrueux fossé dans mon égo de demander son aide à un homme :

-Pourquoi ça ne m’étonne pas… Un pirate sans rhum… Et un pirate… Mort… Même si vous êtes… Déjà ivre… Mort…

Ma voix était rendue grave et râpeuse par la quantité de rhum que j’avais avalé ce soir dans le seul but de noyer ma peine après la mort prématurée que j’avais causé dans mon équipage lors de la bataille contre les Anglais, puis contre les Français. Mon navire était au port, immobilisé par la voie d’eau qui noyait à présent les ponts inférieurs. J’étais dévastée par cette tragédie, car même si je savais que je ne devrais pas, j’étais bien plus proche de mon équipage pour que ça me soit bénéfique. J’avais alors vu une échappatoire au fond de ma bouteille. Et, au final, bah… J’avais juste trouvé une équipe de lourdauds, encore plus bourrés qu’moi. Que voulez-vous ? C’est ça, une vie d’pirate ! Les derniers hommes encore debout n’avaient d’ailleurs pas envie d’abandonner, et ils continuèrent leurs assauts chancelants sans faillit. Enfin… presque. Un homme, tellement beurré, s’effondra tout seul la tête la première sur la plage, et se mit à ronfler de manière très sonore, qui me tira un sourire aussi satisfait qu’amusé. Il ne restait plus que deux hommes sur tout le groupe, et ceux-ci avaient visiblement décidé de s’en prendre à Jack, plutôt qu’à moi. Il semblerait qu’ils aient jugé que j’avais pris assez cher pour aujourd’hui. Je répondis à Jack sur le ton du sarcasme :

-Euh… En fait… Il semblerait que c’est vous… Capitaine… Qu’ayez besoin d’mon aide… Non ? Mais va pour deux bouteilles !

Je tirais mon sabre de son écrin, encore tenu  ma taille par une épaisse lanière de cuir. Depuis le temps que je me traînais ce vieux bout de ferraille, le moment était p’têtre arrivé que je renouvelle mon équipement, qui faisait un peu (beaucoup) pitié. J’ouvris une balafre sur la joue du premier homme, et un trait sanguinolent sur l’épaule du second. Dans un cri très coordonné, ils mirent les voiles en titubant vers l’allée centrale de l’île. J’ignorais où ils allaient aller, mais je dois avouer que je n’en avais pas grand-chose à faire. Maintenant, je devais remercier Sparrow d’être intervenu, même s’il n’avait sensiblement servi à rien à part à distraire mes poursuivants. Seulement, vous savez c’que c’est : il n’y avait pas de petite aide chez les pirates !

-Merci d’être… Intervenu. (Un hoquet m’interrompit dans ma phrase). Je n’me suis pas présentée ! Capitaine Elen Cleaver , maîtresse du Elen’s spirit.

Je tombais très peu élégamment assise dans le sable, attirée vers le sol par l’alcool qui me parcourait les veines, non loin de ma bouteille, que je tendis au pirate :

-En avance de notre… Arrangement…

Je laissais mon arme dans le sable, le vent me balayant les cheveux et me les mettant au milieu du visage. J’avais sûrement les yeux un peu rouges, et quelques bleus apparaîtraient sûrement demain matin au réveil. Il serait sûrement pénible, d’ailleurs, vu la quantité de rhum que j’avais ingurgité. Mal de crâne garanti… Enfin, il faudrait que je fasse avec, je commençais à avoir l’habitude. C’est Anastasia qui allait être contente quand elle allait me retrouver dans cet état. C’était pas la première fois qu’elle me voyait complètement saoule, mais ce n’était quand même pas dans mes habitudes. J’aimais avoir mes pensées pour moi, mais ça ne serait pas le cas avant un bon moment. J’allais être une épave jusqu’à ce que je reprenne la mer et que je puisse oublier tous les récents événements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capitaine Jack Sparrow
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Là où y a du rhum!
Humeur : Oh! Du rhum!
Métier : Capitaine de ma Perle!
Date d'inscription : 30/06/2013

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ! [PV Jack]   Sam 11 Jan - 19:15

Jacky observait attentivement la bataille, se contentant d'asséner un coup par-ci et un coup par-là. En vérité, la botte qu'il balançait de temps en temps d'un côté et de l'autre frappait le vide, et son poing ne servait qu'à chasser les mouches. Mais il avait tout de même proposer son aide... c'était déjà bien, non?

« Pourquoi ça ne m’étonne pas… Un pirate sans rhum… Et un pirate… Mort… Même si vous êtes… Déjà ivre… Mort… »

Il comprenait plus ou moins ce qu'elle racontait, peut-être était-ce dû au fait qu'elle était saoule -ou que lui même avait beaucoup bu- mais il n'eut pas le temps de réfléchir plus profondément à la question. Les deux seuls hommes encore debout -ah tiens, il n'avait même pas remarqué qu'il n'en restait que deux- se ruaient à présent vers lui.

« -Euh… En fait… Il semblerait que c’est vous… Capitaine… Qu’ayez besoin d’mon aide… Non ? Mais va pour deux bouteilles ! »

Avant que le pirate n'ait pu faire quoi que ce soit, la jeune femme tira enfin son épée de son fourreau et égratigna ses deux adversaires, qui s'enfuirent alors en hurlant, d'une manière, il fallait l'avouer, beaucoup plus masculine que ce que Jacky avait l'habitude de faire. Vaguement dérouté, il leva le doigt en l'air avec la faible intention de formuler un inaudible « merci » quand la femme pirate le devança.

« Merci d’être… Intervenu. Hic! Je n’me suis pas présentée ! Capitaine Elen Cleaver , maîtresse du Elen’s spirit. »

Oh. Une capitaine. Vraiment? Jack avait peut-être entendu parler du Elen's spirit, mais il bomba tout de même le torse de fierté en pensant à sa superbe Perle. La capitaine tomba assise dans le sol, sous l'effet de l'alcool, puis lui tendit sa bouteille. Jack s'en saisit avidement et la vida presque aussitôt.

« En avance de notre… Arrangement… »

Il avait oublié qu'elle avait accepté pour les deux bouteilles de rhum. Après avoir vidé la bouteille, Jack se laissa tomber sur le sable, puis s'étendit sur le dos. Il croisa ses jambes et reposa une main sur son torse, une main sous sa tête, son tricorne gardant ses yeux dans l'ombre.

« Capitaine n'est-ce pas? Eh bien, enchanté, trésor. »

Le pirate n'avait jamais rencontré de capitaine femme. Un second « elle », ça il avait déjà vu, mais une capitaine... L'homme se surprit à tenter d'imaginer à quoi ressemblait la vie d'un pirate sous les ordres d'une femme... D'ailleurs, à quoi pouvait bien ressembler un équipage sous les ordres d'une femme? Et à quoi pouvait bien ressembler son navire? Jack eu une vague pensée pour Elizabeth, qui était devenue pirate malgré elle. Si elle devait avoir un navire, il serait très probablement surchargé de décorations tout à fait inutiles et féminines -il eut presque un frisson à cette pensée- et sa cabine serait très sûrement agrémentée d'accessoires prétentieux...

« Dites donc Capitaine, à quoi ressemble votre navire? »

Eh oui, la curiosité était un bien vilain défaut... Jack secoua la tête lorsqu'il eut une vision de Lizzy en train de lui parler de curiosité. Sans compter que le rhum commençait à lui ramollir le système et qu'il passait sans différence du vous au tu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capitaine Elen Cleaver
Pirate
Pirate
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 21
Localisation : Toujours entre deux eaux !
Humeur : 'Tention ! Je mords !
Métier : Capitaine du Elen's spirit
Date d'inscription : 25/07/2013

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ! [PV Jack]   Lun 13 Jan - 17:54

Le soleil se couchait sur le lit bleuté, qui se teintait de nuances d’orange et de jaune,  qu’était l’océan. L’énorme boule de feu continuait son cycle éternel, loin des malheurs des mortels, très loin de la peine, de la fatigue ou de l’ivresse que j’avais répandus sur  la plage.  Mon sabre reposait sur le sable, dans la lueur encore intense de l’astre diurne. Les ivrognes qui m’avaient attaquée avaient détalé, et c’était tant mieux. Tout allait retrouver son calme morbide et meurtrier, à présent. La tempête qui faisait rage en moi allait très bientôt refaire surface, et je me remettrais à boire jusqu’à ce que tout ça ne soit plus qu’un lointain souvenir. Un vague cauchemar, noyé sous des vagues de rhum. Je tâtais distraitement le sable à la recherche de ma bouteille, vide au trois quarts, quand je me souvins que je l’avais filée à l’homme assis à côté de moi : Jack Sparrow. Il s’était d’ailleurs rapidement chargé de la vider, et il en tenait le cadavre à la main avec un air entre ébahissement et frustration. Sans compter cet aspect de fou à toute épreuve qui lui collait toujours à la peau. Je le regardais attentivement, et je vis exactement ce à quoi je m’attendais : toujours ces tresses sales, ce vieux tricorne auquel il ne valait mieux pas toucher à moins d’être suicidaire, ces vieilles bottes usées et patinées par le sel et le temps, et ce visage bonhomme et souriant en partie édenté et abîmé par la navigation, qui ne laissait que peu de temps pour la toilette. Si nous avions pu installer une baignoire dans notre cabine, nous nous en servions rarement, préférant se jeter dans le grand large quand on espérait se décrasser un peu. De toute façon, ça revenait au même : il n’y avait pas l’eau chaude sur notre rafiot…. Je connaissais un lagon où l’onde était turquoise, douce et accueillante, où la faune marine se faisait suffisamment discrète pour qu’on puisse s’y immerger sans problèmes. C’était cent fois mieux que ces marécages boueux, envahis par les serpents et les alligators. Bon, c’est clair que si on avait le goût du risque et qu’on avait envie d’une paire de godasses en peau de crocos, c’était plutôt là qu’il fallait allait. Mais bon, le braconnage, c’était pas franchement mon truc. Mon truc, c’était de piller des navires bien fournis sous pavillons Anglais ou Français. D’ailleurs, si c’était la CIO, c’était encore mieux !

Quand je m’attardais sur le capitaine, j’y vis une trace de fierté. Le capitaine du Black Pearl…. Y’avait de quoi être fier, forcément… Beaucoup de pirates avaient un jour au moins rêvé d’y monter. Je dois avouer que je n’avais jamais fait ce genre de rêve. C’était peut-être un navire mythique, mais je préférais cent fois poser mes mains sur le bois sombre et doux de la barre du Elen’s. Sans compter que celui-ci avait une belle réputation ! Un magnifique tableau de chasse, entre batailles navales, chasses aux trésors fructueuses, pillages à répétitions. Le revers de la médaille, c’était les affiches «  Wanted » collées partout dans Port Royal, annonçant qu’une grosse somme d’or serait versée à celui qui ramènerait le navire et l’équipage. Mort ou vif, tant que le demandeur à la preuve de ce qu’il avance ! Mais je dois dire que la rançon qui pesait sur le tricorne de Jack était encore plus importante que celle qu’on distribuerait à celui qui ramènerait ma propre tête sur un plateau en argent à la Compagnie. C’était assez impressionnant. Il avait commis une liste de crimes tellement longue qu’il faudrait une vie pour la lire : vols en tous genres, fuites avérées devant les agents britanniques, évasions à la potence intempestives…. Ce type était presque un Dieu pour tous les ruffians des Caraïbes, et pas seulement. Quand on comptait le nombre des nôtres qu’il avait escroqués… Y’avait de quoi tomber à la renverse ! Il était sans foi ni lois. Ni Dieu ni maître, c’était sa devise première. A moins que ce ne soit : «  Et une bouteille de rhum ! » ? A y réfléchir, c’était fort probable :


-Pareillement ! Vous êtes une… Hic ! Légende…  Un maudit pirate !

Un sourire rendu biscornu par l’alcool s’étira sur mes lèvres. Le capitaine était réputé pour avoir un égo plus immense que mers et océans réunis. Il allait être infernal après ça ! Mais faut dire que tout le monde ne s’était pas lancé à la recherche de la Fontaine de Jouvence, évadé deux fois d’un îlot paumé au milieu de nulle part ainsi que de l’Antre de Davy Jones… Sans compter le nombre incroyable de fois où il avait récupéré le Pearl des mains de Barbosa. Bon, il n’était sûrement pas près d’arrêter de le perdre, mais bon… On pouvait tout de même espérer qu’il finirait par le garder ! Quand il me demanda à quoi ressemblait mon bâtiment, je me sentis envahie d’une bouffée de fierté à mon tour. Les femmes avaient mauvaise réputation dans le monde étriqué et fou de la piraterie. Pour nombre de marins, avoir une femme à bord portait malheur, mais mon expérience avait prouvé le contraire, et plus d’une fois. Nous nous étions très souvent tirés du pétrin et mes marins étaient braves. D’excellentes combattantes, prêtes à mourir pour leur capitaine, mais plus important que tout : pour leur liberté. L’image qu’on devait se renvoyer d’un équipage sous les ordres d’une femme devait sûrement être la suivante : des marins rebelles, qui refusent d’obéir et souvent punis pour insubordination, si tenté que le chef d’équipage soit assez sévère et respecté pour pouvoir se permettre de filet quelques coups de fouets. Et je doutais sincèrement que Jack s’imagine qu’il n’y avait jamais eu sur le Elen’s QUE des femmes. Elles étaient pourtant un atout certain :

-Mon navire est assez petit…. Mais léger, et rapide ! Il a de grandes voiles… Noires, bien sûr. Et troué… Pour l’instant. La barre est immense… Et magnifique ! Les mâts sont solides et faits en bois sombre… Comme la coque. C’est une merveille ! L’intérieur est simple… Ma cabine et celle de ma seconde est… Noyée sous les cartes, tu sais ! Un compas traîne ici ou là… Y’a peu de mobilier… Il volerait quand on lâcherait toute la voilure… Y’a une baignoire, aussi… C’est tout c’dont on a b’soin.

Mes intonations étaient rendues laborieuses et hasardeuses par la quantité d’alcool que j’avais ingéré, et je n’avais pas les idées très claires. Pourtant, j’avais fait une description rapide mais fidèle du Elen’s Spirit. J’aurais pu, si je l’avais voulu et si j’avais moins bu, en décrire les moindres recoins, les geôles, les quartiers de l’équipage, n’importe le quel des défauts dans le bois du pont. Je connaissais ce bâtiment aussi bien que le corps d’Ana. Ce navire et ma compagne, c’est tout ce que j’avais de plus cher au monde.  J’aurais seulement bien aimé savoir pourquoi Sparrow me posait une telle question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le vent nous portera ! [PV Jack]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le vent nous portera ! [PV Jack]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les îles :: Tortuga :: La plage-
Sauter vers: