AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Did you heard the song of the Bells ? | Prio Aurore. |

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Fawn
Pirate
Pirate
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 20
Localisation : En haut, à gauche.
Humeur : Santé, mes enfants !
Métier : Mangeur de glace sur Jupiter.
Date d'inscription : 16/02/2013

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Did you heard the song of the Bells ? | Prio Aurore. |   Lun 18 Mar - 0:24

A A R O N


« They sing,
On the darkness.
It rings very frightenning
But very beautiful.
Let them guide you,
Or lose you. »

« Et le cri retentit, sous le chant grave des cloches de Notre Dame. Les voix sopranos s'élèvent alors dans les airs, perçant ces nuages de jais.
Ses yeux s'ouvrent, sous la pluie battante, larmes des cieux. Mais la lumière ne vint pas se pencher sur son doux visage pour s'offrir à lui. Non, à la place, cette nébuleuse atmosphère qui l'enveloppe. Encore et à jamais. Pour toujours. »


Il avance, le long de ses murs aux pierres humides. Toutes ces émotions qui se croisent, qui se mêlent dans une valse endiablée le plonge dans le doute. Son pas n'est plus sûr, ses jambes tremblent. Ses doigts glissent, effleurent ces parois froides, glacées, des légers frissons s'en accompagne. Il imagine ses roches taillés de force, avec des teintes ardoises, aux reflets anthracite.
Et les gens passent, encore et encore, leur souffle chaud dansant avec le mistral de givre, qui expire, immortel. Parés sûrement de tout les objets du monde. Un doux tintement métallique résonne à chaque coup de vent. Le requiem de l'argent, sans aucun doute.
Il soupire et baisse la tête. Pour qui passe – t – il aux yeux des gens ? Comment le voient – ils ? Certainement avec toute la méprise que l'on puisse éprouver. Hélas, la vie est injuste, comme elle l'a toujours été, et le sera toujours. Certains naissent avec aisance, dans des draps de soie, d'autres, aussi beaux qu'Apollon et Aphrodite. D'autres encore, dans un duvet de poussière, sans la moindre épaule sur laquelle pleurer. Alors ils se battent, des forces qu'il leur reste, et qu'il leur sont données. Ils deviennent alors des guerriers. Les soldats de l'existence. Et pourtant, ce sont eux que l'on pointe du doigts, sous les moqueries les plus ingrates qu'il soit.
Le jeune garçon pousse un râle bien prononcé, avant de continuer son chemin. Ce qui était, du quai fredonnant, un bourdonnement est maintenant un véritable brouhaha. Rien qu'un déconcertant concerto, qui joue sans parvenir à la fin de sa dernière note. Tous des idiots, pense – t – il. Des imbéciles, qui ne connaissent nullement justice et bravoure. Il le sait, il le sent, il le perçoit. Ces frêles âmes baladeuses ne valent rien. Pas même un simple sou. Ni une misérable épingle.
Mais alors, que fait – il ici, dans ce lieu d'incapables ? Il cherche, comme à son habitude. Oui, il cherche des réponses à ses questions, mais aussi de l'air, de la liberté. Il veut découvrir la vie loin des flots et de la mer, et c'est une véritable déception.
Et tandis qu'il se maudit d'avoir voulu s'écarter de son navire, il heurte un corps chaud dans la maladresse. Par l'odeur que dégage celui – ci, il devine que c'est une femme. Une jolie femme. Honteux, il baisse ses iris absinthes, vides, comme s'il fixe ses pieds sans qu'il ne puisse les voir.

- « Pardon, je ne vous avais pas entendue. » Avoue – t – il, pris de regrets. Aaron pries cependant que cette demoiselle soit charitable. Quitte à faire des rencontres, autant le faire avec tout les moyens possibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Loves
Pirate
Pirate
avatar

Nombre de messages : 2675
Age : 27
Localisation : Proche de ma fille et de mes amis.
Humeur : Joyeuse
Métier : Mère au foyer.
Date d'inscription : 12/04/2007

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Did you heard the song of the Bells ? | Prio Aurore. |   Mar 19 Mar - 2:13



Aurore Loves

Une longue écharpe noire roula autour du cou délicat d'Aurore qui se contempla dans le miroir situé au rez-de chaussez. Bien qu'elle avait un éternel sourire graver sur son visage, elle était mélancolique depuis quelques jours. Et cela se voyait clairement à son style de vêtements qu'elle portait depuis le week-end dernier.

Du noir, encore du noir et toujours du noir, tout comme l'était la météo depuis plus d'une semaine et a écouté Dominic Shaft, cela n'allait pas s'arranger du jour au lendemain.

Alors qu'elle vérifia pour la troisième fois qu'elle n'avait rien oubliée, la belle blonde se tourna vers sa fille Rebecca qui avait son regard azur posé sur l'extérieur, contemplant les fines gouttelettes d'eaux tombaient dans un ensemble maussade.

Bien qu'elles étaient séparées sur une distance raisonnable, la jeune maman entendit sa fille pousser un énième long soupire de lassitude.

D'un pas léger et gracieux, Aurore s'approcha de sa princesse et lui caressa les cheveux d'un geste tendre.

- Je sais que tu n'aimes pas ce temps, mais il va falloir faire avec ma chérie.

Dit elle d'une voix douce, espérant ainsi réchauffer le cœur de la petite fille.

Cette dernière posa son regard sur le visage de sa mère, lui adressa un petit sourire. Tout à coup, ses yeux s'éclairèrent d'une étrange lueur tandis qu'une question franchisa ses lèvres.

- C'était comment dans les Caraïbes ?

Depuis qu'elle avait eu le malheur de révéler sa véritable identité, Rebecca ne cessait de la harcelée sur son passé en posant toutes sortes de questions, mais cela ne la dérangeait vraiment pas.

Gardant la main poser sur la tête de l'enfant, la jeune maman plia ses genoux de sorte à être au même niveau puis répondit.

- Comme ça toujours était. Un ciel bleu clair quelques nuages blancs et un soleil suffisamment chaud pour remonter le moral à n'importe qui, même à ma petite princesse.


Après ces mots, elle déposa un chaste baiser sur le front de la demoiselle qui reprit la parole aussitôt.

- J'aimerais y retourner.

Aurore ne répondit pas tout de suite à la demande de sa fille.

Que pouvait-elle vraiment lui dire ? Qu'elle s'était exiler pour vivre une vie meilleure ?

La comprendrait-elle ?

Elle-même serait elle capable de rompre de sujet tabou ?

Elle n'eut pas le temps d'y songer d'avantage que la sonnette retentit à la déception de Rebecca.

- C'est Dom. Il a accepté de rester à la maison le temps que j'aille faire deux trois choses. J'en ai pas pour longtemps.

- Tu me l'a déjà dit l'autre jour.

Rappela l'enfant, ravivant la toute récente rencontre de sa mère. Il s'agissait de l'amiral Norrington et de ses principes qui ne se coordonnaient pas vraiment avec les siennes.

Posant la main sur la poignée de la porte d'entrée, Aurore se tourna de nouveau vers Rebecca qui la suivait de près pour ensuite rire doucement.

- Cette fois-ci je te promets de ne pas traîner en chemin.


Bien qu'elle savait ce qu'elle avait à faire dans le centre de Londres, la jeune femme n'était pas dupe. Une rencontre pouvait en cacher d'autres et elle était persuadée d'en faire une prochainement.

Elle ouvrit la porte et fit face à un Dominic Shaft trempé de la tête aux pieds.

- Tu en as mis du temps.

Fit remarquer l'anglais tout en prenant la peine d'entrée.

- Rebecca à le bourdon en ce moment c'est pour ça, mais je compte sur toi pour l'a fait sourire à mon retour.

- C'est comme si c'était déjà fait. Ta jument t'attends près de la clôture.

Voyant le regard interrogateur de la belle blonde, Dom rajouta à cela.

- J'ai pensé qu'avec elle tu iras plus vite qu'à pied.

Esquissant un sourire amical, la jeune femme conclut leur conversation en disant d'un ton jovial.

- Tu as bien penser. Merci.

Posant son regard maternel sur sa petite fille, Aurore rajouta à l'attention de cette dernière.

- On reprendra notre conversation à mon retour.

Deux minutes plus tard elle était en route pour le centre de la ville dans l'espoir de trouver ce qu'elle cherchait.

~~~~

Cela faisait bien un quart d'heure qu' Aurore flâner dans l'endroit qu'elle adorait le plus dans cette ville; le marché quotidien. Surtout quand le parfum délicat des fleurs rencontraient celui sucré et gourmand du cacao pur. Elle avait dans sa besace en cuir, de la viande fine, de la purée de légumes et de fruits pour le petit Toby et d'autres aliments secondaires.

Alors que la belle blonde entreprit d'emprunter une rue qui allait la guider jusqu'au poteau où elle avait attaché sa jument, elle se stoppa en plein milieu du chemin et sortie ses pièces, espérant ne pas s'être fait dépouiller.

Un fin sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu'elle constata qu'il en était pas le cas pour ensuite reprendre son chemin, se collant d'avantage vers le mur à cause du flux de personnes présentent à cette heure ci.

Ce fut à ce moment précis que quelqu'un la percuta sans méchanceté. Son regard noisette se baissa au niveau d'un jeune garçon qui était déjà tête baissé, regardant ses chaussures plutôt que sa personne.

- Pardon, je ne vous avais pas entendue.

Aurore leva une main en guise d'apaisement et répondit à l'enfant qui semblait embarrasser de la situation.

- Il n'y a rien de mal. C'est de ma faute, j'avais l'esprit ailleurs.

Elle posa une main réconfortante sur le petit garçon puis repris sa route, le sourire toujours graver sur son visage délicat.

Puis tout comme il était venu, il s'effaça de ses lèvres, la rendant vulnérable.

Avait-elle bien compris ?
Est-ce qu'il avait dit entendus ?
Pourquoi trouver un tel prétexte alors que la vision était la meilleure des amies ?

Son cœur loupa un battement tandis qu'elle se retourna en direction de l'enfant qui avait la main posait sur le mur humide, doutant sans doute de ce qu'il avait à faire.

- Excusez-moi ...

L'interpella t-elle de sorte à ce qu'il la reconnaisse sans se tourner.

Une fois arrivée à son niveau elle rajouta d'une voix douce, voulant lui faire comprendre qu'elle ne lui voulait aucun mal.

- Vous avez besoin d'aide ? Vous cherchez quelqu'un peut être ?

Son coeur batta lourdement dans sa poitrine, tandis qu'elle attendit une réponse de la part de ce charmant garçon dont elle ignorait encore l'identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Did you heard the song of the Bells ? | Prio Aurore. |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Le centre ville-
Sauter vers: