AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Toute relation a une fin dit on ... Est ce le cas pour nous ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore Loves
Pirate
Pirate
avatar

Nombre de messages : 2675
Age : 26
Localisation : Proche de ma fille et de mes amis.
Humeur : Joyeuse
Métier : Mère au foyer.
Date d'inscription : 12/04/2007

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Toute relation a une fin dit on ... Est ce le cas pour nous ?    Ven 23 Mar - 8:51

Un navire au forme gracieuse pointa le bout de son nez alors que le soleil des Caraïbes illumina de ses jolies couleurs les îles avoisinantes. Un drapeau violet orner d'un soleil doré était visible tandis que la personne qui était sur le nid de pie déplia sa longue vue, observa le morceau de terre qui semblait in habiter pour ensuite crier à ceux qui étaient présent sur le pont.

- Terre, terre en vue !

A cette annonce, le personnel du navire partit dans tout les sens tandis qu'une jeune femme aux longs cheveux roux passa devant une cabine qui donnait une vue imprenable sur le pont. Elle s’arrêta devant et frappa deux petits coups dessus pour ensuite y entrer en toute discrétion.

Assise sur une chaise en forme de fleur, les yeux poser sur un bout de chiffon poser dans une certaine position entre ses bras, un fin sourire sur les lèvres, Aurore Loves, ancienne Barbossa était présente dans sa cabine de capitaine. Eh oui, la jeune femme avait obtenus ce navire " The Dark women " de la part du nouveau bras droit du roi Britannique ... son père. Ce dernier lui avait fournis ce bâtiment et un équipage adéquate afin de prendre la fuite et de mener une vie plus paisible pour elle.

C'est sur ce bâtiment qu'elle appris a devenir une capitaine qui mettait son équipage en priorité avant sa propre personne. C'est sur ce navire qu'elle mit au monde, l'enfant qu'elle portait depuis son départ des Caraïbes pour l'Angleterre. Elle avait appris la nouvelle peu de temps après son arrivée dans la capitale et grâce à la rouquine qui se tenait dans la même salle qu'elle en ce moment même ; Marion.

A sa plus grande tristesse, Aurore se vit promettre à son père de mettre au monde l'enfant et de rester en vie mais aussi de renier ce nom qui tournait autour d'elle tel le ferait la mort au détour d'une rue. Ce fut par un soir d'hiver qu'elle quitta Londres à bord de ce navire et de ces quelques pirates dont la plupart n'était que des femmes.

Neuf mois plus tard, la voilà jeune maman d'une petite fille qui dormait paisiblement dans ses bras. Elle avait souffert comme jamais mais au finale elle n'était pas déçue du résultat. Marion et Angela avait nettoyer et couvert d' un tissu chaud, ce petit ange qui avait déjà pratiquement tout du père. Ce petit bout d'amour avait de magnifique yeux bleu turquoise et une tignasse blonde. Sans doute pas sur un coup de tête, elle l'avait nommer Rebecca ... le prénom de sa défunte mère.

Elle trouvait cela juste, l'idée de donner le nom de sa mère car après tout elle était une intrusion dans sa vie, un cadeau venue,non pas du ciel mais bien de William Isaac Fletcher. A cette pensée, le sourire maternel qui s'était graver sur son visage s'éteignit pour laisser place à un visage attrister ... celui qu'elle portait depuis quelque semaines.

La belle blonde n'avait plus de nouvelle de l'homme qu'elle aimait le plus sur cette terre depuis son départ. Il n'avait même pas essayer de lui envoyer un courrier ou quoi que ce soit. Ses pensées étaient tellement tourner vers cet homme qu'elle avait hâte de revoir qu'elle n'entendit pas Marion s’avancer vers elle.

Posant une main sur son bras, la co capitaine demanda à la progéniture de Barbossa.

- Aurore ... Est ce que tout va bien ?

Comme si on venait de la réveiller d'un rêve éveillé, Aurore cligna plusieurs fois des yeux pour ensuite poser son regard chocolat sur son amie pour et sourire brièvement, tentant ainsi de la rassurer.

- Oui.

Voyant que cela ne marchais pas, elle rajouta, essayant de cacher la vrai raison de son mal être.

- Je pensais juste à l'avenir de mon enfant c'est tout.

S'accroupissant de sorte d'être au niveau de son capitaine, Marion eu à son tour un sourire, signe d'une bonne nouvelle. Celle d'un vaisseau ? Celui de William ?

- On a trouver une île.

Cette nouvelle ébranla le cœur de la jeune mère qui cacha sa déception en caressant une joue de sa fille tout en demandant d'une voix neutre.

- Et ensuite ?

Légèrement agacée de ce comportement, Marion ne perdit pas pour autant son sang froid et répondit, pressant son étreinte sur le bras de la jeune femme, espérant ainsi la faire réagir.

- Aurore, notre équipage n'a plus de quoi à manger, et il serait temps que tu te dégourdisse les jambes.

Voyant toujours aucune réaction de l'ange blanc, Marion rajouta, un sourire au coin des lèvres, jouant la carte décisif.

- Et qui sais, peut être que ton prince charmant s'est perdus au beau milieu des cannibales.

Ah miracle ! Aurore souriait d'une franchise sans faille, mais cette plaisanterie fut de courte durée car la blonde mit un terme à sa manière.

- Je ne peut pas laisser Rebecca seule dans le navire.

- Moi je resterais avec elle.

Aurore redressa la tête, fixant son amie d'un regard interrogateur. Était elle sérieuse dans ses propos, apparemment oui car la rouquine entreprit de prendre la petite dans ses bras sans faire un geste brusque, de peur de la réveiller.

Chantonnant un chant destiné au sirène, Marion conclut leur conversation, son regard doré poser sur "la petite princesse des océans " comme elle aimait l’appeler depuis sa naissance.

- Ne te fais pas prier par pitié, va prendre l'air.

Esquivant un sourire, Aurore saisie des affaires à la hâte, se changea et quitta sa cabine non sans avoir embrasser tendrement son ange céleste pour ensuite descendre directement dans les cales.

Il lui fallut tout de même attendre une bonne vingtaine de minute avant que son navire ne se pose enfin. Alors que tout le monde se prépara pour se dégourdir les jambes, une rafale blanche les bouscula, les faisant manquaient de peu, de se retrouver à l'eau. Un hennissement se fit entendre, tout les regard se posèrent alors sur le banc de sable.

Aurore Loves se tenait sur son destrier sauvage, d'un blanc semblable à celui du sable fin de la plage, elle le montait à même le dos, un sourire parcourut son visage d'ange quand elle vit tout ces regards surpris posaient sur sa personne. Il fallait dire qu'elle était habiller d'une magnifique tenus noire, assortie à des bottes plates.

- Je vais faire le tour de l'île, profitait de cette journée pour vous reposer mes amies, seul trois personnes auront la tâche de trouver de quoi manger.

Elle donna ensuite un coup de talon dans les flancs de son destrier qui partit au petit galop. Elle n'avait pas besoin d'en dire plus. La plupart des femmes qui travaillaient pour elle, ressemblait plus à des sœurs pirates qui voguaient ensemble qu'à un équipage. Toutes savaient que par nourriture, Aurore privilégiait sa fille et sa nouvelle famille.

Dans l'espoir de retrouver William Fletcher, la jeune femme passa la plage au peigne fin. Elle commença par le banc de sable, mais tout ce qu'elle vit ce ne fut que quelques crabes et des bananiers, rien de bien exceptionnelle. Elle décida donc de s'enfoncer un peu plus dans la jungle, parcourant ainsi le même parcourt mais au beau milieu des palmiers et divers autres arbres tropicaux. Mais toujours rien.

Elle commençait sérieusement à se poser la question, si un jour elle reverrait celui qui était désormais père. Alors qu'elle alla rebrousser chemin, un bruit de cliquetis fit reculer de quelques pas sa jument. Flattant son encolure, la demoiselle descendit à même le sol, intriguer par l'objet en question. Lorsqu'elle le ramassa et le reconnus, son sang ne fit qu'un tour ... il s’agissait là d'un bracelet qui appartenait à William.

Contemplant cette immense forêt qui lui faisait face, Aurore se posa mille et une question. Était il encore en vie ? Si oui, depuis combien de temps ? Si non, qu'allait elle devenir ? Ou était son navire ? Qu'en était il du reste de l'équipage ?

Enfourchant le dos de l'animal, elle décida de s'enfoncer d'avantage dans les fourrages, espérant ainsi retrouver d'autres indices sur le passage de William. Son cœur battait à cent à l'heure à l'idée de le retrouver. Allez savoir, elle était persuader de le retrouver vivant. Et pour cause, il devait pas être loin de seize heure quand un bruit d'eau se fit entendre ainsi que des éclats de rire, ... celui de l'homme qui l'avait fait femme.

Un sourire indescriptible se dessina sur le visage d'Aurore qui décida d'aller plus loin, tout en s'adressant à sa jument qui avait les oreilles dressaient, à l'écoute du moindre bruit suspect.

- On y est presque.

Effectivement, il lui suffit de faire quelques centaines de mètres pour se trouver face à un point d'eau dans lequel se tenait un William qui, apparemment, était bel et bien en vie, et souriant qui plus est. Mais avec qui, diable jouait il ? Sans doute avec Kris.

Ralentissant la cadence des pas de son destrier, Aurore mit un certain temps avant de se décider à faire part de sa présence. Une part d'elle même était heureuse de le revoir, une envie irrésistible de le rejoindre se faisait ressentir, mais d'un autre côté, son cœur lui disait tout autre chose.

Comme leur première fois, sa voix était douce mais aussi réserver, elle avait peur qu'en prononçant son nom, l'homme ténébreux disparaisse pour toujours.

- William ?

Le rire à la fois innocent et enfantin du jeune homme, s'estompa pour ensuite laisser place à un lourd silence dans laquelle William se tourna à l'endroit ou il avait entendus la voix. Soulagée à l'idée de revoir celui qui allait apprendre dans quelques minutes qu'il était père, Aurore s'apprêta à descendre de sa monture quand un clapotis dans l'eau l'intrigua. Quelques secondes plus tard une ravissante créature immergea à son tour, un sourire charmeur à ces lèvres.

Perturber par cette image, Aurore posa une main sur la crinière de son animal tout en fixant les deux jeunes personnes, restant muette, refoulant une larme qui commençait déjà à quitter ses yeux chocolatée puis enfin elle lâcha d'un ton sec.

- Je vois qu'on s'amuse bien pendant mon absence.

Puis sans dire un mot de plus, elle remonta sur le dos de sa jument, la fit pivoter et repartit comme elle était mais avec une cadence plus rapide. Durant son parcours du retour, elle ignora l'appelle de William tout en rejetant cette image qui rongeait son être. En quelques minutes elle arriva sur le banc de sable. Ou aller ? A droite ? A gauche ? Aucune idée, mais elle ferait tout pour ne plus revoir cet homme qui venait de détruire tout espoir de fonder une famille avec elle.

D'un puissant coup de talon, surprenant l'animal, Aurore le guida à gauche, espérant y trouver rapidement son navire. Quel fut son soulagement s'était pour elle de voir le drapeau violet de son navire se faire voir, mais sa joie de partir aussi vite fut vite estomper quant elle constata qu'aucun membre de son équipage n'était présent. Peut être étaient elles partie se baignaient de l'autre côté de l'île ? Pas toutes non, Marion était présente à bord de son bâtiment, avec Rebecca en prime. Et Aurore ne voulait en aucun cas que William s'approche de ce petit ange. Dans ce cas que faire ?

L'ange blanc n’eut pas le temps de réfléchir d'avantage que la silhouette, vêtue cette fois ci, de William et de la jeune femme qui l'accompagnait ce faisait déjà voir. Visiblement, il était rester suffisamment longtemps sur cette île pour la connaître comme sa poche. Néanmoins il restait têtu en faisant en sorte de l'empêcher de s'en aller.

Ne ralentissant pas la cadence de sa jument, elle passa devant le "couple" car c'est ce qu'elle présumait ce qu'ils étaient pour ensuite se poster devant son navire. Voyant que le jeune homme continuait à s'avancer vers elle, Aurore décida de faire part de son dégout pour lui. Quitte à mettre un terme à sa relation et si il ne souhaitait pas le faire, la belle demoiselle n'avait pas l'attention d'y aller par quatre chemins.

- Je ne veut plus avoir à faire avec toi Fletcher. Tu ne sais pas à quel point tu me déçois.

Pour eux, c'était ici que se terminait la course poursuite. Sortant son arme à feu et le pointant en l'air, l'ancienne représentante des Barbossa tira un seul et unique coup en l'air. C'était sa manière à elle de faire comprendre à sa complice qu'elle était en danger mais qu'il ne fallait surtout pas qu'elle sorte de la cabine avec l'enfant.

Silencieusement, elle se posta en face des deux tourtereaux, non pas prête à faire la paix, mais bien décider à leur montrer qu'on ne blessait pas une femme, une jeune maman sans en payer le prix. Son regard marron était poser uniquement sur William, la raison de son retour, la cause qu'elle était mère avant même qu'elle n'y songe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toute relation a une fin dit on ... Est ce le cas pour nous ?    Jeu 19 Avr - 10:54

Hj: super ton rp Smile en revanche stp essaye de ne pas trop décrire ce que fait Kalissi. Merci. Smile



William était resté sur l'île pour quelques jours. Nous avions décidé de profiter au maximum l'un de l'autre, de ne pas perdre une seule seconde. Je passais de merveilleux moments à ses côtés. Il était généreux, beau, drôle. Il avait une âme d'enfant qui me faisait oublier tous mes soucis. Alors que nous nous chamaillions, courant tous deux, pieds nus, dans la forêt de l'île, nous arrivâmes à un point d'eau. Celui-ci était magnifiquement surplombé d'une petite cascade. Je m'arrêtai net, souriante. Une idée me vint à l'esprit. Je me retournai doucement vers William et lui dit d'une voix douce et taquine

Que dirais-tu d'un bon bain?

Je retirai la robe qui me servait de vêtements et me retrouvai entièrement nu devant lui. Avant qu'il n'eu le temps de réagir, je ris et plongeai dans l'eau, l'incitant ainsi à me rejoindre. Ce qu'il fit. Cette eau était plutôt profonde et assez large, ce qui nous permis de nager sous l'eau, en compagnie de petits poissons. C'était vraiment magique. Je faisais souvent cela, mais jamais en compagnie de l'homme que j'aime. Souvent seule d'ailleurs...

Nous sortîmes enfin la tête de l'eau. J'en profitai pour me blottir contre William et l'embrasser tendrement. Je m'écartai ensuite de lui et l'éclaboussa en rigolant, ce qui partit en une petite bataille d'eau. Nous rigolions franchement, comme deux enfants. Deux enfants follement amoureux l'un de l'autre...

Cependant, quelqu'un vint briser mon rêve. Une jeune femme aux cheveux blonds, bien plus dorés que les miens. Il faut dire que ma chevelure était presque blanche. C'était de famille. La légende disait que la chaleur les avait blanchi. La chaleur du soleil, mais aussi celle des dragons...

Je vois qu'on s'amuse bien pendant mon absence.


Mon Dieu. Je pensais hélas avoir bien compris de qui il s'agissait. William m'avait parlé d'elle. L'air honteux, je m'enfonçai un peu plus dans l'eau, jusqu'au menton. Mes pommettes se teintèrent d'un rouge léger. La femme partit. J'en profitai pour sortir de l'eau et me revêtir, n'adressant aucune parole à William, ne sachant que faire.

Je décidai de suivre mon aimé, à moitié cachée parmi la nature que nous offrait l'île. Une fois arrivés sur la plage, j'eus une sensation étrange. Mon esprit sauvage, mes années passées à vivre avec mon peuple, m'avaient permis d'obtenir une sorte de sixième sens. Tel un animal, je pouvais ressentir des choses que le commun des mortels ne pouvaient pas. Mon cœur battait à cent à l'heure, je sentais la présence d'un enfant, voire d'un nourrisson. J'imaginais le pire. Et si cette femme avait mis au monde l'enfant de William???

Revenir en haut Aller en bas
William I. Fletcher
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 657
Age : 23
Localisation : Vous n'avez qu'à sortir votre GPS
Humeur : Confus
Métier : Capitaine du FireFly
Date d'inscription : 12/05/2011

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Toute relation a une fin dit on ... Est ce le cas pour nous ?    Jeu 21 Juin - 18:42

Comme bien des gens l'ont si bien dit, le temps passe vite lorsque l'on s'amuse ! Il faut avouer que cette simple petite phrase est tout de même vraie. Voilà presque un mois que William habitait en compagnie de sa belle Kalissi. Le village avait semblé l'apprivoiser après ses nombreux jours passé en leur compagnie. Kalissi était tout pour William. Étrangement, depuis qu'elle l'avait sauvé de la mort, le jeune pirate ressentait une plus forte attirance envers la jeune femme. Comme si elle faisait parti de lui. Pourtant, il n'osa jamais le lui avouer.

Son équipage venait le voir chaque début de mois pour prendre des nouvelles de leur capitaine. Kris et Alice souhaitaient vraiment qu'il revienne, mais William se sentait si bien en la compagnie de Kalissi qu'il ne voulait pas redevenir capitaine d'ici peu. Kris avait de la difficulté à prendre toutes les responsabilités en main, mais le jeune homme savait que son meilleur ami pouvait le faire s'il croyait mieux en lui.

Cette journée était agréable. Le ciel était bleu, les nuages absents et le soleil faisait briller chaque goûte d'eau présente dans l'océan. Au loin, nous pouvions voir des navires naviguer en toute tranquillité. Un de ceux-ci attira l'oeil de William. Un majestueux navire très loin dont le drapeau violet volait au vent. Alors que le jeune homme plissa des yeux pour tenter d'y voir plus clair, il reçu du sable en pleine figure. Il recula de quelques pas, un peu surpris, puis se tourna vers Kalissi qui était en train de rire. Il arqua un sourcil et se mit à sourire.

- Tu cherche la bataille ?

Il se mit à courir en sa direction alors que la jeune femme tentait une fuite vers la forêt. Cela faisait déjà quelques minutes que les deux amoureux couraient dans la forêt. C'est alors qu'ils s'arrêtèrent à un point d'eau. William avait même faillit y tomber. Il recula de quelques pas. Il sentit quelque chose d'étrange à son poignet. Comme si quelque chose manquait. Il jeta un coup d'oeil et remarqua que son bracelet n'y était plus.

- Merde ! J'ai perdu mon bracelet !

Il n'eu pas le temps d'ajouter quoi que se soit que Kalissi changea de sujet assez rapidement.

- Que dirais-tu d'un bon bain?

William leva son regard vers la belle blonde qui ôta sa robe laissant devant lui une jeune femme complètement nue. Il resta tout de même surpris devant cette belle image. Jamais il n'avait eu la chance de la voir ainsi. Il avala sa salive et tenta un sourire qui fut tout de même réussi. La jeune femme sauta à l'eau en riant. Sûrement qu'il avait l'air un peu stupide. Elle lui fit alors un signe afin qu'il puisse la rejoindre. Il ôta à son tour ses vêtements et sauta à l'eau. Celle-ci n'était ni trop froide, ni trop chaude. Elle était juste parfaite, comme ce moment l'était. Il s'approcha doucement de Kalissi et lui passa sa main sur sa joue.

- Je ne sais pas ce que je ferais sans toi ... Je t'aime tellement.

Le temps passait et les deux amoureux s'amusaient. Ils riaient et ne se souciaient plus des problèmes. Pourtant, William n'avait aucune idée qu'un souvenir lointain et oublié allait bientôt refaire surface. Alors qu'ils s'amusaient encore, une voix féminine se fit entendre à travers les arbustes.

- William ?

Un frisson parcouru tout le corps du jeune homme qui se paralysa. Il avait très bien reconnu sa voix. Il osa alors se retourner et vit ce qu'il craignait. Aurore lui souriait, assise sur le dos de sa jument. Alors qu'il allait dire quelque chose, Kalissi sortit de sa cachette à son tour. Le sourire qui se trouvait sur les lèvres de son ancien amour disparu aussitôt. Elle semblait choquée.

- Je vois qu'on s'amuse bien pendant mon absence.

William sentit la pauvre Kalissi qui tentait de se cacher. William ressentit tout d'abord le sentiment de la honte et du regret mélangé ensemble. La jument sortit de la forêt en grande course emportant avec elle la pauvre Aurore détruite à l'idée que son amour n'était plus. Kalissi sortit de l'eau se rhabillant et William fit de même. Les deux coururent jusqu'à la plage afin de retrouver Aurore. Ils la retrouvèrent. Elle semblait perdu et quelque peu désespérée. William tentait de l'arrêter, il voulait s'excuser, lui dire à quel point il avait honte. Pourtant, celle-ci tentait aussi bien que de mal de l'éviter. Elle s'arrêta finalement et le regarda droit dans les yeux. Avant, ce geste aurait fait paralyser William, mais maintenant, tout aussi étrange que cela peut paraître, William ressentit un sentiment qu'il n'avait jamais pensé ressentir envers elle.

- Je ne veut plus avoir à faire avec toi Fletcher. Tu ne sais pas à quel point tu me déçois.

Le sentiment que William avait ressentit auparavant semblait prendre de l'ampleur en lui. Ses poings se serrèrent tout comme ses dents. Aurore sortit son arme à feu et tira vers le haut. Sûrement pour avertir son équipage. William sentait la rage lui monter à la tête, mais fit tout pour ne pas que celle-ci n'explose. Il s'avança doucement vers la jeune blonde, un air de rage sur son visage.

- Tu sais quoi, Aurore ? Tu as raison ! Moi non plus, je ne veux plus jamais avoir à faire avec toi !

La belle Aurore semblait avoir été surprise par une telle réponse. En effet, William fut toujours l'homme sensible qui plie à chaque situation. Cependant, cette fois était différente.

- Quoi ? Tu croyais peut-être que j'allais pleurer à tes genoux ? Te supplier de me reprendre quoi qu'il arrive ? Eh bien, Aurore, j'ai terminé de jouer à ce petit jeu.

William se calma un peu, recula quelques pas, mais la rage le reprit assez rapidement. Il tourna son regard froid vers la femme qu'il avait aimé et repris ses paroles sur un ton froid.

- Tu te rappelles la dernière fois que l'on c'est vu ? Tu m'as dit que tu partais afin de régler des comptes avec ton père. C'est ce que tu m'as dit. Ensuite, tu m'as dit que tu reviendrais me voir. J'ai attendu ce moment depuis bien des mois. Ou étais-tu ? Je n'ai jamais eu de tes nouvelles, alors pourquoi me forcer de t'envoyer des lettres ou quoi que se soit ... Comment est-ce je peux vraiment croire que tu étais allé voir ton père ... Je te déçois peut-être, Aurore ... mais tu me déçois presque autant ....

William lui tourna le dos, mais se retourna aussitôt. Il s'avança vers elle, lui prit brusquement son bracelet qu'elle tenait dans les mains.

- Merci ... Merci de m'avoir fait réaliser que tu ne tenais pas à moi ...

Alors qu'il s'appraitait à quitter, Aurore sembla vouloir parler à son tour.

_________________

I work in the DARK to serve the LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Loves
Pirate
Pirate
avatar

Nombre de messages : 2675
Age : 26
Localisation : Proche de ma fille et de mes amis.
Humeur : Joyeuse
Métier : Mère au foyer.
Date d'inscription : 12/04/2007

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Toute relation a une fin dit on ... Est ce le cas pour nous ?    Jeu 21 Juin - 19:50

- Tu sais quoi, Aurore ? Tu as raison ! Moi non plus, je ne veux plus jamais avoir à faire avec toi !

Aurore écarquilla des yeux à cet instant.

C'était bien la première fois qu'elle le voyait réagir de la sorte et pire que cela, elle n'avait l'air de ne pas lui avoir manqué une seule seconde, d'où sans doute la présence de cette créature aux cheveux plus clairs que les siens.

- Quoi ? Tu croyais peut-être que j'allais pleurer à tes genoux ? Te supplier de me reprendre quoi qu'il arrive ? Eh bien, Aurore, j'ai terminé de jouer à ce petit jeu.

La jeune maman allait demandée de quel jeu il évoquait là, mais elle n’eut pas le temps d'en dire plus que William reprit la parole tout en reculant de quelques centimètres d'elle.

- Tu te rappelles la dernière fois que l'on c'est vu ? Tu m'as dit que tu partais afin de régler des comptes avec ton père. C'est ce que tu m'as dit. Ensuite, tu m'as dit que tu reviendrais me voir. J'ai attendu ce moment depuis bien des mois. Ou étais-tu ? Je n'ai jamais eu de tes nouvelles, alors pourquoi me forcer de t'envoyer des lettres ou quoi que se soit ... Comment est-ce je peux vraiment croire que tu étais allé voir ton père ... Je te déçois peut-être, Aurore ... mais tu me déçois presque autant ....

Une fois de plus, Aurore allait dire sa façon de penser mais William fut plus rapide qu'elle en lui arrachant presque des mains, le bracelet qu'elle avait retrouvée quelques minutes auparavant. Par ce geste, la jument qu'elle chevauchait faillit en mordre ce qui lui restait encore un mystérieux inconnus.

- Merci ... Merci de m'avoir fait réaliser que tu ne tenais pas à moi ...

Maintenant qu'elle était sur qu'elle avait le droit à la parole, Aurore s’apprêta à dire quelque chose quand un claquement de porte se fit entendre. Apparus alors Marion qui portait un bout de chiffon dans ses bras où en sortait un petit pleure distinctif à celui d'un petit nourrisson.

- J'ai entendus un coup de feu que ce passe t-il ?

La belle blonde déglutis difficilement en gardant ses yeux poser sur la nouvelle venue pour ensuite répondre sèchement.

- On s'en va.

- Tu es sûr de toi ?

Demanda à son tour Marion sur un ton qui se voulait à la fois sur d'elle mais aussi qui laissait sous entendre autre chose.

Suivant le regard de son amie, Aurore constata que son " ex petite ami" s'apprêtait à partir. Sortant une nouvelle fois son arme à feu, Aurore visa et tira entre le peu d'espace qu'il y avait entre les deux tourtereaux tandis que Marion était de nouveau entré à l'intérieur de la cabine du capitaine le temps de quelques secondes.

D'un puissant coup de talon, Aurore galopa jusqu'à William et la jeune femme dont elle ne connaissait pas encore le nom et leur barra la route.

- J'en ai pas finis avec toi.

Précisa t-elle d'une voix ferme, pour ensuite dire tout ce qu'elle avait sur le cœur.

- Pour commencer je ne sais ce qui te prend pour croire un seul instant que je te sous estime à ce point là. Tout comme je ne sais pas de quel jeu tu parle.

Des bruits de pas dans le sable fit se retourner la jeune maman qui vit alors Marion s'approchait à son tour, d'eux, tenant l'enfant contre elle afin que personne ne l'a voie pour le moment ..... pas tant que cette histoire sera tirée au clair.

Ravalant sa colère envers la fille aux cheveux quasi argentés, Aurore reposa ses yeux sur William et poursuivit tout en pointant un doigt sur la chair de sa chair, le fruit d'un amour qui pour le moment, n'était pas au rendez vous comme elle l'espérait tant.

- Par contre ça ... ça ne faisait pas partie de mes plans. C'est bizarre comme les choses peuvent mal se présenter alors qu'on est en plein conflit avec ces satanés d'Anglais.

Aurore descendit de sa jument et se posta face à William. D'un geste brusque, elle saisie le col de chemise de ce dernier et continua sur sa lancée, crachant le venin qu'elle pouvait encore disposer à cet instant.

- Maintenant tu va m'écoutais attentivement car je ne me répéterai pas deux fois. OUI, j'ai régler certaines choses avec mon pères, des choses qui ne te concernait pas et que tu ne pouvais pas comprendre car ceci n'était pas de ton ressort. OUI, je t'ai dit que je te retrouverais et qu'ensemble, on passerais le reste de nos jours en toute tranquillité. et NON, je ne risquerais pas de te décevoir par moi, contrairement à toi, je n'ai pas passer de bon temps à courir après d'autres personnes.

Elle lâcha enfin le jeune homme, fixa la forêt qui s'étendait derrière elle pour ensuite rajouter, sa voix était devenue moins agressive que quelques minutes auparavant mais elle montrait clairement sa colère envers lui.

- Ne t'ai t-il donc jamais arrivée de te poser la question si j'étais vivante ? Si on ne m'avais pas fait de mal ? Si le roi d'Angleterre ne m'avais pas pendus comme tout les autres pirates ?! Ne t'est il jamais arrivée de te dire que j'étais peut être enceinte ... et que cet enfant ne pouvait être que de toi ?

Elle lâcha les derniers mots en serrant des dents et des poings se demandant encore la raison qui la poussait à se battre pour récupérer ce qu'elle chérissait le plus après Rebecca désormais.

Elle retenue également les quelques larmes qui tentaient de s'échappaient de ses yeux.

Le silence était tellement intense qu'un bruit se fit entendre. Dans un premier temps on aurait dit celui d'un coup de feu et en deuxième ... peut importait pour Aurore si ce n'est celui d'avoir des réponses à ses questions.

Marion était rester stoïque face à tant d'animosité et Rebecca, elle, demeurait silencieuse, de temps à autre elle laissait échapper un gazouillement, un peu comme pour dire que, quoi qu'il puisse se passer en cet instant, elle aussi était présente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toute relation a une fin dit on ... Est ce le cas pour nous ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Toute relation a une fin dit on ... Est ce le cas pour nous ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Corbeille-
Sauter vers: