AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Torture [Norry's Sister]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Torture [Norry's Sister]   Dim 27 Sep - 21:26

    Le ciel est bleu, la mer est calme. Ferme ta gueule pis rame ! C’est ce à quoi ressemblait le train-train de vie de l’équipage de l’Endeavour, ce grand navire de guerre, mené par nul autre que le terrifiant Lord Beckett. Il n’était pas effrayant par sa grandeur, mais par sa froideur, sa position sociale. Quiconque se mettant en travers de son chemin le payait de sa vie. En ce bel après-midi, le soleil avait décidé de darder de ses chauds rayons l’océan. Aucun nuage à l’horizon. Seul une douce brise soufflait. Assez rare en pleine mer. Mais peu importait. Il y avait quelques jours, le Lord avait décidé de quitter Port-Royal, afin de s’enquérir des faits et gestes de Jones, dont il détenait le cœur. L’homme pieuvre, assez effrayant à voir, semblait vouloir n’en faire qu’à sa tête. L’idiot ! Ne savait-il pas que c’était l’EITC qui le contrôlait, à présent ? Si, il le savait. Seulement, il faisait semblant de ne pas le savoir. Comme tous ces damnés flibustiers, il n’avait qu’un mot à la bouche : liberté. C’était dérisoire. Pourtant, c’était à cause de ça qu’il avait perdu le seul et l’unique Jack Sparrow. Ce dernier l’avait trahi, il y avait de cela… très longtemps. Mais Beckett l’avait cherché, au fond. Encore des détails stupides. Un passé caché, endormi, que personne ne devait savoir. Pas si près du but.

    Accosté au bastingage, les bras croisés, il regardait l’horizon. Dans sa main, il avait sa longue-vue, dont il venait de se servir. Pourquoi ? Pour passer le temps. C’était ennuyant. Nul bateau en vue. Ils étaient seuls dans l’immensité de l’océan. Tout autour de lui, les soldats s’affairaient. David Mercer, ce fidèle chien de poche, était posté juste à côté. Silencieux. Cut’ l’ignorait. Qu’aurait-il eu à lui dire ? On ne parle pas à son homme de main de la pluie et du beau temps ! Quel dommage qu’Ethan avait dû rester à Port-Royal. Il avait encore beaucoup de choses à apprendre avant de prendre la mer. Le jeune homme avait été déçu, mais avait compris qu’un jour, il suivrait son tuteur. Est-ce que le noble s’ennuyait de lui ? Un peu, oui. C’était comme lorsqu’on laissait notre animal de compagnie derrière soi. Hum, la comparaison n’était pas très sympa. Car non, Ethan n’était pas un animal de compagnie. Dans peu de temps, ce serait un homme accompli, mettant toutes ses énergies pour la Compagnie. Pour Beckett.

    Au moment où notre anti-héros allait se réfugier dans sa cabine, pour faire de la paperasse encore, un des soldats habillé de la tenue écarlate impeccable de la Royal Navy cria. Non de douleur, ni de peur. Mais un cri pour avertir l’équipage. Bon, what’s goin’ on ? Beckett, flanqué de Mercer, se dirigea vers le criard, posté à la proue.

    - Y a-t-il un problème, monsieur Thompson ? demanda sèchement l’aristocrate.

    L’autre lui répondit qu’il avait aperçu un corps, gisant à quelques mètres, flottant sur un vulgaire morceau de bois. Quoi ? Un naufragé ? Seul ? Hum, ça sentait le piège. Quoique, si Beckett pouvait en tirer quelques informations, ça ne serait pas à négliger. D’ordinaire, il n’était pas aussi clément – monter à bord un naufragé, quand même ! – aussi ordonna-t-il :

    - Remontez-le. J’ai besoin de l’interroger. Dans ma cabine.

    Ses ordres seraient faits. Mais tous comprirent que l’interrogé… ne se ferait peut-être pas juste interrogé. Beckett soupira et se dirigea vers son bureau, Mercer le suivant encore. Nah mais… Le petit homme fit volte-face et déclara :

    - Je n’aurai plus besoin de vos services, monsieur Mercer, pour le moment.

    Scarface s’inclina et disparut. Bon. Direction : sa cabine. D’un pas assuré, il s’en alla là. Assis derrière son bureau, il avait hâte de connaître l’identité de ce naufragé. Peu après, il entendit des bruits caractéristiques. On remontait une personne. Enfin. Les mains posées sur le bois dur, il se retenait pour ne les « pianoter ». Et puis enfin, la porte s’ouvrit sur…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Torture [Norry's Sister]   Ven 2 Oct - 21:12

... Lise Norrington !
Bien sûr, il ne le savait pas, n'ayant jamais eut le loisir et l'honneur de faire la connaissance de cette fille d'ancien marchant de renom, mort à présent.

La jeune femme avait feins d'être aux portes de la mort sur son tronc d'arbre. Elle ne se souvenait pas forcément de se qui s'était passé et de pourquoi elle se retrouvait une foie de plus en pleine tempête. C'est à croire qu'elle attire le mauvais temps, d'un autre côté les marins, quel qu'il soit, ne disant-ils pas que : "Faut pas amener une femme à bord ! ça porte malheur d'avoir une f**** à bord !"
Bref, elle entendit les marins crier et se dit qu'il ne pouvait s'agir de pirates ou autres rats de mers comme les corsaires par exemple. Reste à savoir s'il s'agissait de navire marchant ou d'un bâtiment de guerre d'un quelconque pays.
Enfin à bord, Lise senti qu'un homme la transportait à bout de bras. Une ombre passa sur ses yeux : elle était emportée vers les cabines, si elle en croyait son infaillible sens de l'orientation.
Il l'assit sur le sol de la cabine et ouvrit les yeux juste à temps pour voir un homme sec sortir de la salle sens lui jeté un regard noir au paravent. L'espace d'un instant, elle eut de la nausée et cru vraiment vomir de dégout : la tête lui tourna et tous redevint "normal" mise à part qu'elle savait où elle était tombé. Indiana East Company ! magnifique ! Sur tous les bateau qui naviguait à ce moment sur les mers des caraïbes il fallait qu'elle tombe sur ses "ennemis héréditaire" ! Enfin, en quelques sorte. Cela faisait un certain temps que la chance l'avait abandonné, mais à ce point là...
Voyant qu'un homme était présent, certainement Culter Becket, le grand Manitou de cette... institution ? elle choisi de ce levé et tout en enlevant une mèche de cheveux elle plongea son regard dans le sien et attendis patiemment. Quoi ? elle ne le savait pas, mais elle verrait bien ce qui ce passerait. En tous cas quelque chose lui murmurait que tout n'allait pas être très rose en la compagnie de cet homme pour lequel travaillait l'Assassin de son père, celui qui avait voulu la tué il y a longtemps...

La femme libre et vagabonde se racla la gorge n'ayant pas honte des vêtements dans lesquels elle se trouvait. Elle était vêtu d'un jupon simple et blanc, à l'origine, d'une chemise*, couleur blanc cassé et d'un corset marron. Voilà comment était-elle habillée devants l'un des hommes des plus importants.



[H.S. : * les chemises longue d'époque, en bref, elle est en sous-vêtement
H.S. 2 : désoler du retard ma connexion internet ne fonction pas très bien... ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Torture [Norry's Sister]   Mer 7 Oct - 4:58

    … une femme inconnue. QUOI ? Une femme. QU… Une femme, bordel. Afin d’obtenir plus de lignes dans ce RP, amusons-nous à décrire la femme en question. Alors… C’était une femme. Nooon, tu m’dis pas. Elle ne semblait pas hermaphrodite, ou asexuée… dommage, ça aurait été drôle. Non, c’était une femme aux cheveux courts et bruns. Une peau pâle, ce qui prouvait qu’elle ne venait pas d’une de ces tribus sauvages indiennes… Quoique. Et le plus intéressant – ou plutôt, ce qui l’était pour lui – elle était… en sous-vêtements. Et alors ? Nah, mais, c’était… amusant. Imaginez. Tirer des informations d’une « naufragée » en sous-vêtements. MOU HAHA ! Okay, c’est correct, on a compris.

    Le petit homme se leva de sa chaise sans sourire. Debout devant son bureau, elle patientait, fière comme tous les pirates l’étaient devant lui. Ah, si seulement ces pirates travaillaient pour lui. Rêve impossible… ou cauchemar ? En tout cas, au contraire de ces pantins soldats dont il avait le contrôle, les pirates osaient lui tenir tête, ce qui le changeait. Non, mais, quand il demandait à Mercer, par exemple : « Bonjour. À quelle heure seront les pendaisons aujourd’hui ? » et qu’il obtenait un « Bien le bonjour Milord. Elles se dérouleront à quinze heures » hyper poli, c’était pas divertissant. Avec un pirate, la réponse aurait été « Pfft, la même heure qu’hier ! ». Bien plus motivant ! Pas qu’il aimât être sans cesse contredit, seulement, un peu de répliques cinglantes ne faisaient pas de mal. Histoire d’exercer son sens de la répartie. Mais quand même. Il avait devant lui une pièce de collection : une femme pirate. Les femmes parlent plus que les hommes, c’était assez fréquent. Enfin, Jack Sparrow, avec ses suggestions à la con faisait sans doute exception, mais il était hors contexte et j’ignore pourquoi je parle de lui. Enfin, oui, je le sais, mais je fais semblant de ne pas le savoir… Sans commentaires. Cette femme-là, parlerait-elle ? Que prétendrait-elle ? Car devant lui, nombre de gens mentaient. Le défi était de classer les informations reçues par la vérité et le mensonge. Bon, allons-y baby.

    Il se plaça juste devant elle, accoté à son cher bureau. Dommage qu’il n’ait point de thé, ça fait tellement classe. Ben oui. Tu bois tranquillement ton thé – ce qui fait très british – tandis que l’autre répond à tes questions. Huhu. Revenons à notre RP qui fait plus flood que d’autre chose. Cutler savait par où commencer. Que faisait-elle avant de flotter misérablement sur un morceau de bois ? Avait-elle été victime d’une attaque navale ? Dans ce cas, cela devait faire longtemps, car il n’y avait aucun navire à l’horizon lorsque l’Endeavour l’avait repêché. À moins qu’elle ait dérivé à un point tel qu’elle ait réussi à parcourir des kilomètres ? Peu probable. On verrait bien. Que dirait-elle ? Mensonge ou vérité ? Alors tu choisis, chérie. Vérité, action ou promesse. Je sais que c’est pas les bons termes, mais ça fait trop longtemps que j’ai pas joué à ce genre de jeu débile. Alors vérité, tu réponds à la question suivante que tu liras plus bas. Action, tu danses toute nue devant moi. Et pour la promesse, tu me promets de te pendre avant la nuit. Sans déconner, voici la question :

    - Que voilà donc ? Une jeune femme fort jolie que nous avons repêché, voire sauvé d’une longue agonie. Quelques remerciements seraient les bienvenues.

    Inutile de préciser que jouer avec sa proie était l’une des activités sadiques de Beckett. La narguer, autrement dit. Il était probable qu’elle ne dise rien, se contentant de fixer cet homme horrible plus bas que terre, n’osant rien prononcer. Tant pis pour elle. Elle parlerait, qu’elle le désire ou non. L’odeur brûlée de la chair est si délicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Torture [Norry's Sister]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Torture [Norry's Sister]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il torture son chat
» Rock lee's sister ^^
» Seinen: Sister [Senno, Knife]
» Why torture is wrong, and the People Who Love Them
» [Musical] Sister Act (2009) - Londres, New York et Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Corbeille-
Sauter vers: