AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Then our flag wil never tear again

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Then our flag wil never tear again   Mer 16 Sep - 4:56

Then our flag will never tear again



Feat Haley James Scott




    La lune était à présent voilée par un masque nuageux. Un vent qui propageait sur toute la plage une senteur saline soufflait en direction de l’horizon bleu. L’astre du jour s’était enfui depuis quelques heures et les enfants qui avaient profité des plaisirs de la plage aujourd’hui s’étaient comme envolés. L’endroit était désert et l’obscur était omniprésent. Le silence répondait à ses pas lents, mais sûrs. C’est dans cette atmosphère lugubre et inquiétante qu’il avançait droit devant. Le sable s’écrasait contre la semelle de ses souliers noirs. Il avançait sans hésiter. Une silhouette floue qui s’approchait des douces vagues. Et celles-ci se cassaient avant de lécher le sable humide, provoquant un chant relaxant. Presque triste. À l’instar d’un dernier requiem.

    Cela avait été une journée ennuyante et en même temps, éreintante. Parce que ce cher Mercer lui avait fait des sous-entendus au sujet du gouverneur Swann, que ce dernier était trop curieux, qu’il fallait peut-être s’en débarrasser ultérieurement, et cetera. Mais à quoi bon d’ordonner à David de l’achever ? Avec un peu de chance, un carrosse l’écraserait le lendemain… Et puis, il y avait eu l’étrange conversation qu’il avait eu avec son fils adoptif, le seul et l’unique Ethan Felton. Sa mère viendrait, selon une source sûre, à Port-Royal dans peu de temps. Mais comme l’ennui faisait maintenant partie de sa vie, s’occuper d’une femme qui avait abandonné son enfant le distrairait peut-être. Parce qu’avec le Sparrow enfermé entre quatre murs, quoi faire d’autre ? Les pirates allaient bientôt cesser d’exister, de toutes manières. Et bon débarras ! Ce n’était plus qu’une question de temps. Il pourrait aller, bien sûr, torturer Jack pour son seul plaisir personnel, mais qu’en retirerait-il, sinon un sourire satisfait de sa part et des cris de douleur de la part de son ennemi ?

    C’est pourquoi il avait décidé de s’évader de son bureau pour, disons, une heure ou deux. Prudent ? Non. Une fois, une femme assez bavarde l’avait menacé de son arme – vide, pauvre sotte ! – et tout ce qu’elle avait obtenu, c’était de rejoindre les nombreux prisonniers de Port-Royal. Et dans un futur pas si éloigné du nôtre – disons, une semaine – elle allait sans doute se balancer au bout d’une corde. « Tu voulais être libre, chérie ? Eh bien danse pour moi au bout de cette grosse corde. Sois heureuse de mourir immédiatement, car tu aurais pu souffrir davantage. » Huhu. Bref, le risque de tomber sur quelqu’un était faible, mais qui sait ? Les rondes avaient été doublées récemment et si quelqu’un tentait quoi que ce soit, on le saurait bien assez tôt. À moins que cette personne soit armée ? Mais ça, c’était de moindre importance. La dernière fois, il s’en était très bien tiré.

    Ses pas le menèrent là où meurent les vagues. Il resta légèrement éloigné de l’eau, ne tenant pas tellement à mouiller ses souliers. Il n’avait pas la même idée folle que ces damnés pirates concernant la liberté, mais il y tenait quand même un peu. Au fond, il était libre, lui aussi. Il avait sous son commandement des centaines de soldats et Mercer pour lui obéir au doigt et à l’œil. Grâce à ces pantins, il faisait ce qu’il voulait et quand il voulait. Il éprouvait le même sentiment puéril qu’un enfant désirant absolument un jouet l’obtienne par la suite. C’était… irréel. Plus personne pour lui barrer la route, cette route qui avait été tracée spécialement pour lui. Un chemin hasardeux qui l’avait mené au poste tant convoité : l’homme à la tête de l’East Trade India Company. Mou haha. Essayez de vous mettre sur son chemin. Essayez-le. Et bien vous savez quoi ? La seule réponse qu’on vous donnera sera : « Adieu ! » et « PAF ! ». Un coup de fusil bref et direct. Essayez, c’est prouvé. xD
Revenir en haut Aller en bas
Haley James Scott
Pirate
Pirate
avatar

Nombre de messages : 2460
Age : 26
Localisation : A chez moi à Port Royal ou l'un de mes navires
Humeur : Heureuse
Métier : Capitaine de L'intépide & l'empress , Impératice de Port Royal mais également Pirate ne change pas !
Date d'inscription : 19/04/2007

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Then our flag wil never tear again   Sam 19 Sep - 12:33

Cela prés d'un mois que Jack Sparrow avait disparu ce monde . Mais notre jeune pirate Haley James Scott devrait battre pour sauver l'honneur des pirates entemps que Impératrice de Port Royal ... Une fois qu'elle avait terminer ses réunions avec les autres Impératrices donc sa soeur de coeur Mina fait partir de cette réunion , Haley est vêtue une robe de paysanne car elle avait besoin de sortir de la maison . Son mari Nathan travaille dans son cabinet , Jamie était à Tree Hill avec son oncle Lucas , ses filles avait des leçon de princesse à apprendre sauf Elissa qui partir un tour en mer depuis que Haley avait nommée sa fille comme la nouvelle Capitaine de L' Empress , le seconde navire de la jeune femme .. mais la jeune femme était sortie de chez elle car elle avait besoin de point sur sa vie .. Cela près d'un an et demi que Madame Scott vivait élèver à Port Royal d'ailleurs , elle avait enfin trouver sa place dans cette meveilleuse ville tout comme son grand frère William Turner .. La jeune Pirate passa dans les rues à les rues pour aller se détendre à la plage malgré la mort de son second père Jack Sparrow qui prisionner dans l'Antre de Davy Jones mais Hales avait sauver la vie de ses deux soeurs prénommée Erika & Sélène Nalymé .. D'ailleurs cela depuis un certain temps que la jeune pirate n'avait pas reçu des nouvelles de ses deux nouvelles amies . Une fois qu'elle arriva à la plage de Port Royal , la jeune Haley James Scott commerca à réfléchir sur comment sauver son père anisi Jack ? Beaucoup de questions était poser sur cette sujet .. C'est vrai que Haley ne avait plus connaître son père biologique Bill Turner ni sa mère biologique Jane qui lui laisser des lettres dès sa naissance . Chaque soir avant dormir , la jeune femme lisa toujours les lettres de sa mère pour qu'elle puisse la connaître un peu mieux pour savoir comment était ? Elle était une bonne sorcière ? Ou une superble mère pour ses deux enfants .. Hélas , Jane n'avait pu élèver sa propre fille Haley donc elle fut élèver par Jack Sparrow , un ami très poche de ses parents .. Jusqu'à les 3 ans de la petite fillette , Haley fut adopter et élèver par Jim & Lydia James qui devenir ses parents adoptifs , elle fut entourée par ses frères et soeurs donc elle était la petite dernière d'une famille de 8 enfants .. Notre petite Haley entend très bien avec ses frères et soeurs . Elle avait une vie remplie d'amour et de joie . Bref , Madame James Scott marcha tranquillement sur le sable chaud tout regardant les habitants mère /fille se proméne sur cette plage d'ailleurs , Hales était très triste d'avoir perdue son second père mais elle allait trouver un moyen de le sauver .. Tout en regardant l'horzion , la jeune femme contunia de marcher lorsque elle trouva face en face avec ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://campersouls.easyforumpro.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Then our flag wil never tear again   Dim 20 Sep - 4:59

    L’art de savoir lorsque quelqu’un est derrière votre dos est un art subtil. D’abord, comment pouvait-on le savoir ? Avons-nous des yeux derrière la tête ? Certainement pas. Seulement, il nous pousse une envie soudaine de regarder derrière soi, de connaître l’identité de la personne ou de la chose qui semble nous narguer derrière notre dos. Et parfois, on aurait préféré ne pas le savoir. Prenons un exemple. Supposez que vous êtes à cette même plage, contemplant l’horizon malgré la noirceur de la nuit. Vous êtes, disons, une jeune femme à l’avenir brillant. Tout à coup, vous sentez une présente derrière vous. Vous tournez votre tête pour apercevoir… votre ex-petit ami. Vous ne voulez pas le voir, ni lui parler. Pourtant, ne pas le faire serait impoli. Alors vous inclinez brièvement la tête, indifférente. Vous voyez ce que je veux dire ? Parfois, nous voulons nous évader et ne pas connaître celui ou celle qui nous observe derrière nous. Nous devenons, pour un court moment, des misanthropes, voire des ermites. Pour appliquer cet exemple à la situation actuelle, Beckett ne désirait absolument pas avoir de la compagnie, qu’elle fusse amie – ou pire – ennemie. Pourquoi ? Parce qu’il était venu pour avoir la paix. Bien sûr, la plage était ouverte au public, mais à cette heure, chacun devrait être chez soi, peut-être callé dans un grand fauteuil, armé d’un roman passionnant où se côtoient humains et animaux, ou encore, grelottant de froid dans une sombre ruelle. Mais pas traînant à la plage. Parce que c’était là que lui se trouvait. Et oui, il éprouvait une sensation étrange, il se sentait observé. Le bruit des pas marchant sur le sable passait assez inaperçu, surtout derrière le son si doux et enjôleur des vagues qui mourraient à ses pieds. Pourtant, devait-il se retourner ? Ou ignorer cette personne, si personne il y avait ? L’homme emperruqué choisit cette seconde option. Si la personne en question désirait parler, qu’elle parle. Si elle désirait pleurer et crier contre le monde entier, qu’elle pleure et qu’elle crie. Cela ne dérangerait point le noble. Les pleurs, les cris, la souffrance d’autrui, il y était habitué. Chaque condamné à la potence, avant son heure finale, passait devant lui. Et lui se promenait, les mains derrière le dos, les jaugeant de son regard froid et rigide. Eux se savaient condamnés. Lui se savait victorieux. Parfois, certains pleuraient, versant des océans, d’autres criaient leur désespoir. Lui ignorait tout cela. La plupart étaient des hommes et des femmes ayant quitté depuis longtemps l’enfance. D’autres, cependant, étaient encore des enfants. Des bambins au regard fuyant et aux mains sales. Orphelins, sans nul doute. Ce à quoi aurait ressemblé Ethan s’il ne l’avait pas pris en charge.

    Il avait maintenant envie de savoir qui c’était. Un homme costaud qui le dépassait d’une bonne tête ? Une femme frêle qui, dès le premier contact visuel, s’enfuirait ? Un enfant qui réclamait un peu d’argent ou de nourriture ? C’était impossible à déterminer. Il suffisait d’un regard. Un simple échange visuel et le mystère serait parti en fumée. Pourquoi ne pas le faire ? Pourquoi ne pas céder à cette voix qui lui criait de se retourner ? Mais lui était incertain. Se retourner signifierait une conversation, ou du moins, un bref échange de paroles polies. Non, mieux valait faire comme si de rien n’était. Fermer les yeux sur cette présence inconnue. De toutes façons, qui qu’elle soit, cette personne, en le voyant, s’en irait probablement. En constatant que quelqu’un est déjà là, perdu dans ses pensées, on ne le gêne pas en étant un chien de poche. À moins que Cutler connaisse cette personne ? Mercer, peut-être ? Peu probable. Le connaissant, le cher homme de main l’aurait déjà abordé. Ou encore, un ennemi qui ignorait l’identité de celui qui se trouvait devant lui. Une ignorance réciproque. Qui ne demandait pas à être changée.

    Finalement, sa tranquillité fut sacrifiée sur l’autel de sa curiosité. Lentement, les mains jointes derrière son dos droit, la tête du Lord pivota. Nul sourire sur son visage. Ses yeux gris fouillèrent l’obscurité à la recherche d’une silhouette. Et silhouette il y avait. Juste derrière lui, comme il l’avait pressenti. Son corps était toujours tourné vers l’immensité de l’océan, mais son visage sérieux était dirigé vers cette forme sombre qui s’apparentait à un humain. Tant mieux. Le risque de tomber sur une créature mythologique n’était pas exclu, surtout depuis qu’il connaissait l’existence pathétique de Davy Jones. Soulagé, il fallait l’avouer, Cutler eut un sourire en coin. Il salua d’une voix affable celui ou celle qui s’était aventuré jusqu’à lui sans savoir qu’il était là :

    - Bonsoir. J’ose espérer que ma présence ne vous est pas désagréable.

    La politesse avant tout, n’est-ce pas. Celui ou celle qui se trouvait là ne s’attendait peut-être pas à trouver quelqu’un au bord de l’eau à cette heure. Ou plutôt, qui ne s’attendait peut-être pas à trouver Lord Beckett en personne au bord de l’eau à cette heure. On devait se dire que l’aristocrate, à une heure pareille, devait bien manger un repas digne de lui en sirotant un thé avec deux ou trois sucres. Et non seul devant l’océan. Personne n’irait imaginer cela. Même lui avait du mal à y croire. Maintenant que sa tranquillité était troublée, il décida de rentrer sitôt cette petite rencontre achevée.
Revenir en haut Aller en bas
Haley James Scott
Pirate
Pirate
avatar

Nombre de messages : 2460
Age : 26
Localisation : A chez moi à Port Royal ou l'un de mes navires
Humeur : Heureuse
Métier : Capitaine de L'intépide & l'empress , Impératice de Port Royal mais également Pirate ne change pas !
Date d'inscription : 19/04/2007

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Then our flag wil never tear again   Mer 28 Oct - 17:54

Haley se trouva face à face avec Lord Beckett , le chef de la Compagnie des Indes mais la jeune femme n'affichent pas aucun sourire à cette homme ... Elle regarda toujours les jeunes mamans qui s'occupent si bien leurs filles voilà la pièce manquante dans le coeur de notre petite Impératrice de Port Royal ensuite Hales resta figer sur place pendant un bout de temps ... La jeune brunette vit Lord Beckett parla à notre petite Haley mais elle savait qu'elle préfèra méfier de cette homme qui avait obtenu un pouvoir sur toute la ville de Port Royal donc la jeune femme est nommée Impératrice de Port Royal .. Mais , Haley James Scott avait aucune confiance envers ses ennemis surtout Lord Cutler Beckett .. La jeune femme ne bouge pas de sa place tout regardant les habitants de sa propre ville ... Hales avait des doutes sur Lord Beckett quand lui celui salua notre petite Capitaine aussitôt la jeune femme ajouta :

- Bonsoir Lord Beckett ! Que vous faites ici cette heure tardive ?

C'est vrai parfois Haley adorait faire des balades de nuits même elle ne arrive pas dormir de la nuits mais la jeune Capitaine James Scott ne arrive plus dormir car son père adoptif Jack Sparrow est prisionnier dans l'Antre de Davy Jones donc il fallait qu'elle réunit toutes les Impératrices des quatres coins du monde pour trouver une moyen de sauver le célébre Capitaine Jack Sparrow puis elle avait décider contunier sa balade tout laissant Lord Beckett sur place .. Des ennemis eviter de venir avec car ils ont pourrir dans la vie jusqu'à la mort mais bon bref , Haley vit Lord Beckett d'approcha de notre petit Hales mais elle contunia de garder la main sur son épée car son grand frère William était absente pour le moment mais elle sortie discrétement son bijou de famille tout pensant Will ... Madame James Scott regardait l'océan mais elle pensait beaucoup à ce pacte avec Davy Jones mais elle signe ce pacte pour le bien de sa famille .. Mais elle demanda que Lord Beckett faisait à cette heure tardive surtout le soir ? et elle termina sa pharse

- Que vous voulez Lord Beckett ?

Haley attendait sa réponse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://campersouls.easyforumpro.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Then our flag wil never tear again   

Revenir en haut Aller en bas
 
Then our flag wil never tear again
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dexter Hoover Checkered Flag, un collector qui s'ignore
» Pris en flag...le frère et le soeur...
» capsule Flag
» Flag book
» Rainbow Flag, la poney au grand cœur (finit)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Corbeille-
Sauter vers: