AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Journée de la Jupe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mary Edwards
Compagnie des indes
Compagnie des indes
avatar

Nombre de messages : 541
Age : 23
Localisation : Là où le vent se lève
Humeur : À la conscience taraudée...
Métier : Espionne actuellement infiltrée sur le Pearl sous le nom de Margareth Carter
Date d'inscription : 25/07/2007

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: La Journée de la Jupe   Jeu 23 Juil - 14:14

Froissement du tissu,suivant le rythme des pas de Mary.Et oui,vous avez bien lu,pour une fois,la miss avait opté,plutôt que pour son habituel pantalon assorti d'un chemisier,pour une robe des plus simples,mais une robe tout de même ! Et oui,il faisait chaud... L'espionne n'avait aucun tâche particulière à exécuter nécessitant une grande liberté de mouvement... Certes,ce genre de vêtement ne lui était point coutumier,mais comme on dit,il fallait bien un début à tout.Cela n'apparaissait pas comme particulièrement abominable en fin de compte... Ce fut donc assez satisfaite de son choix que la demoiselle pénétra dans le fort,ce matin-là,vers huit heures.Bon nombre d'officiers étaient déjà sur les lieux,débutant la journée tôt,à son instar.Ces derniers avaient visiblement passé une excellente nuit,car,dès que l'agent EITC les salua,comme chaque jour,ils en allèrent tous de leur petit commentaire,accompagné bien sûr d'un sourire ironique.Alors comme cela,la petite Mary apprenait enfin la féminité ! Mais c'était qu'elle aurait presque pu donner le change ! Etc,etc.Ils ne se montraient ni méchants ni méprisants,non.Juste curieux,blagueurs,peut-être même un peu grivois,pour les moins haut placés.Edwards regretta alors d'avoir pris la peine de se donner du mal pour cette bande de... De... Ah ! C'en était trop.Vexée comme pas deux,les joues rosées sous le coup de la contrariété autant que de la honte -il fallait le dire,elle n'était pas non plus accoutumée aux regards des hommes sur elle-,la jeune femme attrapa le premier dossier que lui tendit un commis,et fonça vers le seul couloir qu'elle savait perpétuellement vide : celui menant au bureau de son supérieur,Lord Beckett.
Après quelques minutes d'une marche rageuse,la miss se calma peu à peu,rassérénée par le silence ambiant.On allait enfin lui ficher la paix.Ce fut alors qu'elle songea aux documents qu'elle avait en main : comme par miracle,destinés au directeur de la EITC.Un discret sourire se traça sur ses lèvres,la journée ne débutait pas si mal que cela,puisqu'elle se voyait déjà partie dans la bonne direction,sans avoir à repasser devant son "public du jour".Bien que l'anglais passe pour froid,sec et autoritaire,il serait sans doute la dernière personne à émettre des plaisanteries quant à sa mise en plis.Après une courte inspiration,Mary frappa par deux fois contre la porte close face à laquelle elle venait de s'arrêter,avant d'attendre une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumactif-war.bbactif.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Journée de la Jupe   Ven 24 Juil - 4:58

    Le soleil se levait derechef sur Port-Royal. La population était déjà, pour la plupart, sortie du lit, mais certains paressaient encore dans leur bon lit douillet. Pas lui. Lui, il s’était levé dès six heures tapantes et avait continué à signer de la paperasse, encore et toujours. En fait, son sommeil avait plutôt été agité cette nuit. Il avait rêvé – à sa plus grande horreur – au pirate le plus stupide des sept mers : Jack Sparrow. Dans son songe, ce bon à rien était à la tête de la Compagnie et lui, lui se retrouvait dans la rue ! Insultant. Mais ce n’était qu’un rêve. Sparrow… Ce dernier n’avait aucun talent, semblait vivre sa vie au jour le jour, ne se préoccupait nullement de ses problèmes et au final, devait compter sur ses soi-disant amis pour se tirer d’affaire. Pathétique. Jamais, au cours de sa brillante carrière, le Lord avait eu à s’occuper d’un homme aussi... imprévisible. Quoique, cela faisait également sa force. On ne savait jamais quelle attitude adopter à son égard, c’en était déprimant. Bon, il s’occuperait plus tard de ce parasite. Pour l’instant, assis bien droitement derrière son bureau, il lisait des lettres toutes aussi ennuyeuses les unes des autres. Il n’était que huit heures mais, à travers la fenêtre de son bureau spacieux, les rayons de l’astre du jour pénétraient dans la pièce froide.

    Beckett soupira, mit la paume de sa main sur sa joue droite, puis regarda devant lui, les yeux demi clos. Si quelqu’un était rentré sans cogner à ce moment-là, il va s’en dire qu’il aurait été victime de jurons – polis – mais également, aurait vu l’un des hommes les plus puissants de ce monde à moitié endormi. La honte ! Lui, le grand – façon de parler, parce que, question taille… – Lord Cutler Beckett, il était à moitié endormi. C’est fou comme un rêve merdique peut vous gâcher votre journée ! Puis, soudain, une musique. Toc ! Toc ! Tiens donc ! Une visite. Comment ça ? Bon, bon, il allait devoir recevoir. Mais il n’était pas présentable ! Sa perruque était de travers. Tiens, on la remet comme il se doit. Beckett se redressa sur sa chaise – pour paraître plus grand ? N’espérons pas trop. Puis le Lord lança, de sa voix habituellement froide :

    - Entrez !

    Il n’avait plus qu’à espérer que, de cette visite matinale, il se divertirait plus qu’avec ces papiers. We’ll see.

    [Court, désolay. Norrington se joindra peut-être à nous.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Journée de la Jupe   Ven 24 Juil - 9:44

*message sensé être auto-détruit xD*


Dernière édition par James Norrington le Sam 25 Juil - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mary Edwards
Compagnie des indes
Compagnie des indes
avatar

Nombre de messages : 541
Age : 23
Localisation : Là où le vent se lève
Humeur : À la conscience taraudée...
Métier : Espionne actuellement infiltrée sur le Pearl sous le nom de Margareth Carter
Date d'inscription : 25/07/2007

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: La Journée de la Jupe   Ven 24 Juil - 14:09

Hj: Et bien alors au plaisir de vous voir vous incuster,Amiral ^.^ xP




L'espionne n'hésita pas,lorsque l'ordre retentit,clair,haut,parfaitement intelligible.Beaucoup de monde ne comprenait pas les raisons que pouvaient avoir les membres de la Compagnie pour continuer à travailler pour elle,même après l'arrivée à sa tête d'un Lord avide de pouvoir;et même à adhérer totalement,sinon en grande partie,à sa nouvelle politique.Qu'ils rencontrent ledit dirigeant.Certains ne parvenaient pas à imaginer à quel point la cause pour laquelle la EITC luttait aux Caraïbes pouvait se montrer primordiale,galvanisante.Qu'ils écoutent Beckett en discourir.
Car dans le simple impératif qui venait d'être énoncé,on sentait une volonté de fer,une détermination inébranlable,et sans doute également une grande foi en des projets bien au dessus du commun des mortels.Certes,le but officiel de la East India Trading Company demeurait l'héradication de la piraterie,ainsi que la sécurisation des routes commerciales menant aux Caraïbes,et plus expressément à la Jamaïque.Cela dit,tous ses membres savaient bien que ce que recherchait officieusement leur chef restait une revanche contre Jack Sparrow,le capitaine du Black Pearl.Pour quel affront ? Quelle défaite ? Seul le silence répondait à ces interrogations.Le sujet passait de toute manière pour tabou,alors...
Après être entrée,Mary referma le battant derrière elle,avant de lever les yeux pour la première fois depuis quelques temps sur son patron.De suite,elle remarqua ses traits quelque peu tirés.Mais après tout,la vie privée du noble ne la concernait nullement.Quant à lui demander comment il se portait,elle n'était ni accréditée pour cela,ni présente dans ce but.


-My Lord... le salua miss Edwards,tout en inclinant légèrement le buste en avant,le dossier placé contre le devant de sa jupe,et ses doigts refermés sur sa tranche.

En temps normal -en une tenue plus masculine-,la demoiselle aurait-elle,à l'instar de ses collègues,effectué un salut des plus militaires,avec le claquement de talons et tout le tremblement ? Les codes n'avaient jamais inclus les femmes dans leurs calculs,ce qui laissait une grande place à l'initiative bien pensée.
Reprenant son avancée,la jeune femme ne se stoppa que devant le bureau de son supérieur,et ce pour y déposer ce qu'elle avait à lui montrer.


-Voici les derniers comptes-rendus de nos espions de Tortuga,monsieur.

Une fois que les feuilles furent en contact avec la suface de bois,elle croisa les bras dans le dos,tout en regardant droit devant elle,en bonne petite soldate.

-Il semblerait que Jack Sparrow se soit momentanément séparé de son bâtiment.En effet,cela fait quelques jours qu'il n'a plus été vu sur le pont du Pearl.Nos hommes pensent à une possible mutinerie,bien que les matelots ne semblent se préparer à un départ précipité.Leur capitaine reste introuvable sur l'île.

Bien entendu,n'importe qui en aurait tiré des conclusions : si Jack n'était pas à Tortuga,c'était qu'il se trouvait ailleurs,éventuellement ici-même,à Port Royal.Cela dit,si Mary avait émis cette hypothèse sans l'aval de Beckett,ç'aurait été se montrer terriblement présomptueuse.On ne prend pas la place de la tête pensante sans en retour subir une remise à sa place en bonne et dûe forme.
La miss garda donc le silence,le temps que le Lord prenne connaissance des feuillets,ou la questionne plus avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumactif-war.bbactif.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Journée de la Jupe   Sam 25 Juil - 5:36

    Et la porte s’ouvrit bien tranquillement sur nulle autre que… une femme qui portait une robe bien simple, mais qui lui allait à merveille. Quoique cette personne portât habituellement des vêtements plus masculins, cela faisait changement. Non, il n’était pas tant étonné que cela. Si Mary Edwards était entrée dans son bureau affublé « à la pirate », là, il aurait pu être surpris. Bref. Ce n’était pas le moment de commenter son style vestimentaire et le Lord devina qu’elle avait dû attirer les regards… La jeune femme brune porta sur un lui un regard empreint de respect – mou haha – et s’inclina poliment. L’opinion que Cutler Beckett avait pour miss Edwards se résumait à « satisfait ». En effet, non seulement elle possédait un grand courage, mais en plus, l’avait toujours servi avec fidélité. Ça faisait du bien de savoir qu’il y aurait toujours quelqu’un à ses côtés, qui préférerait mourir que le trahir. Pendant que Beckett lui jetait un regard placide, elle s’avança vers lui, jusqu’à se trouver devant lui. L’homme ambitieux eut un léger – et bref – sourire en entendant ses premiers mots. Il allait enfin connaître les dernières nouvelles. Et ensuite, agir en conséquence. Edwards déposa sur son bureau des documents de la plus haute importance. Puis, regarda droit devant elle, avant de résumer les choses clairement, sans émotion. Les traits de l’aristocrate se crispèrent à la mention du nom de Sparrow. Il avait rêvé du fameux pirate la nuit dernière et voilà qu’aujourd’hui, on lui parlait de lui ! Finalement, cette journée promettait.

    Beckett pianota ses doigts sur les papiers lentement, tout en réfléchissant, ne prêtant plus aucune attention à la jeune femme. Ainsi donc, Sparrow demeurait introuvable. Et à Tortuga. Une mutinerie prochaine ? Non, puisque les matelots du Pearl ne semblaient pas si anxieux que ça quant à l’absence de leur capitaine. Sparrow, Jack Sparrow. L’homme le plus imprévisible de ce monde. Que préparait-il, encore ? S’il n’était pas à bord du Black Pearl, c’est qu’il était ailleurs, selon toute logique. Où ? À Port-Royal, peut-être ? Vraiment ? Il n’aurait qu’à interroger les personnes appropriées, Jack Sparrow était quelqu’un dont on se souvenait toute sa vie… Ça, pour sûr. Beckett, qui avait eu les yeux baissés sur les papiers, sans l’intention manifeste de les lire immédiatement, les releva et les plongea dans ceux de Mary. Quelle était son opinion à ce sujet ? Si Sparrow se trouvait à Port-Royal ou ailleurs, était-il seul ? En tout cas, ce n’était pas l’équipage complet du Pearl qui s’était déplacé. La majorité devait encore se trouver à Tortuga. Sur les ordres personnels de Sparrow ? Sans doute. Dans le pire des scénarios, Sparrow était accompagné de quelques hommes et prévoyait espionner ou attaquer. Bien que cette dernière possibilité fut absurde, Beckett se rappela qu’il s’agissait de Sparrow et donc, que tout était possible. Évidemment, tout dépendait du nombre de pirates qui accompagnait l’excentrique pirate. S’ils étaient beaucoup, on pouvait supposer qu’il ne restait que peu de personnes à bord du Pearl. Alors, la Compagnie pouvait profiter de cette situation à son avantage. Par contre, si Sparrow était bien à Port-Royal et qu’il voyait des navires de guerre quitter subitement la place, il se douterait aussitôt que l’un de ses ennemis était au courant de son absence sur le Pearl. En l’occurrence, Cutler Beckett ! Cependant, à l’inverse, si Jack était accompagné que de quelques hommes seulement, le Pearl devait être bien gardé et une attaque serait alors risquée. Hum. Ça revenait au même, il fallait savoir combien d’hommes accompagnaient Sparrow ! Beckett avait devant lui un soldat qui semblait bien informée. Alors pourquoi se taper tout un texte ? Le petit homme regarda de nouveau les documents et s’enquit d’une voix sèche :

    - D'autres membres du Pearl ont-ils disparus à l'instar de... monsieur Sparrow ?

    Pour l’instant, Beckett ignorait ce qu’il allait faire. Tout ce qui importait, c’était d’en savoir plus.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Edwards
Compagnie des indes
Compagnie des indes
avatar

Nombre de messages : 541
Age : 23
Localisation : Là où le vent se lève
Humeur : À la conscience taraudée...
Métier : Espionne actuellement infiltrée sur le Pearl sous le nom de Margareth Carter
Date d'inscription : 25/07/2007

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: La Journée de la Jupe   Lun 27 Juil - 12:12

Ce qui était déjà bien,c'était que le dirigeant n'avait pas tout simplement mis les renseignements de côté,jugeant que cette affaire pouvait bien attendre une ou deux heures,voire le lendemain.Le professionnalisme demeurait une des qualités requises afin d'intégrer la prestigieuse et non moins oppulente EITC.Et puis il était question de Sparrow,non de non ! Etrangement,Mary ne semblait pas plus émue que cela par ce "détail".Certains de ses collaborateurs,elle en aurait mis sa main à couper,auraient été tout feu tout flamme en apprenant l'information,comme quoi l'un des flibustiers les plus recherchés du globe se baladait dans la nature,sous leur nez avec un peu de chance.Clâmer cela tout haut dans la salle des officiers,et vous pouvez être sûr que dans la minute,tous courraient à la porte,leur veste à la main,pressés de saisir au collet le hors-la-Loi,à l'instar de quelqun ayant le Diable à ses trousses.En un sens,cette hypothétique attitude se voyait dotée de plus de logique qu'on aurait pu le penser au premier abord.En effet,quoi de plus prestigieux pour lancer une carrière que l'arrestation du tristement célèbre Jack Sparrow,que même le brillant Amiral James Norrington n'était point parvenu à mettre aux fers ? Certes,pour des raisons que peu de soldats auraient comprises : la piraterie qui,servant une juste cause,devenait elle-même une juste cause.Mais imaginez un peu ! Pour le coeur de Jones,Norrington obtenait la promotion d'Amiral.Alors pour Jack,qui sait,peut-être marquis,ou comte.Ou simplement une tape dans le dos,avec un "bien joué",avant de vous fermer la porte au nez.ça valait tout de même la peine de se donner du mal,non ? Bien que la punition en cas d'échec promettait de se montrer,autant que la réussite pouvait être bénéfique,prompte à vous envoyer grossir les rangs des futurs pendus,des chaînes aux pieds et la mort pour seul avenir.
Contrairement à beaucoup,miss Edwards ne visait ni le titre,ni la médaille.Elle effectuait simplement les tâches qu'on lui allouait.Pour quoi se battait-elle,au fond ? Pour le jour présent.Eventuellement le lendemain.Sans pour autant rester insensible aux grandes causes de l'Angleterre,qui demeurait malgré tout sa patrie.


-Les principaux marins sont toujours sur la Perle,monsieur ,répondit-elle sur un ton professionnel qui semblait convenir à Cutler.Nos services implantés sur l'îlot soumis au joug ennemi entretienne désormais un échange d'informations à flux tendu avec nos bureaux de Port Royal.Mais...

En même temps,ce partage étroit avait fonctionné depuis l'arrivée du Lord à la place du Gouverneur,et ce pour constamment posséder une longueur d'avance sur leurs adversaires.
Par malheur -?- ses yeux bleus croisèrent ceux limpides de son chef,ce qui eut pour effet de lui faire clore un bref instant les lèvres.Oh,elle ne fut pas grandement destabilisée,rassurez-vous.Mais cette teinte.Si vide.Si sévère.Et pourtant miroir de son âme où ne siégeaient que volonté et sérieux.Impressionant.Respirant tranquillement,la jeune femme reprit le cours de sa pensée.Sereine.


-... Mais votre état major craint pour vie,Milord.Avec un de vos plus grands opposants dans la nature,il en vient à souhaiter que la garde autour de vos appartements soit doublée.Qui sait,Sparrow tentera peut-être de rassembler quelques personnes peu scrupuleuses à Port Royal afin de formenter un attentat contre votre personne.Ou pour venir récupérer quelque chose en votre possession qui pourrait valoir la peine de risquer sa vie...

Ouhlà,un sous-entendu.Le seul objet qu'aurait pu désirer Jack aurait été,sans le moindre doute,le Coeur de Jones.Seulement si Mary paraissait être au courant du fait qu'il appartenait désormais aux forces de l'ordre,sa localisation au sein du Hollandais Volant semblait lui rester inconnue.Simple bluff afin de ne pas montrer qu'elle en savait beaucoup ? Ou véritable ignorance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumactif-war.bbactif.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Journée de la Jupe   Mar 28 Juil - 4:38

    Il soupira, tout en réfléchissant. Ainsi, les principaux marins étaient demeurés sur le Black Pearl. Intéressant. Ce qui signifiait que Sparrow ne voulait pas se faire remarquer. Il restait dans l’ombre, attendant… quoi ? Un allié – ou des alliés – qui viendrait le rejoindre ? Une réaction de la part de Beckett ? Pour le moment, personne ne pouvait s’aventurer à dire une hypothèse. Mais ce n’était pas dramatique. Cependant, ce que disait Mary n’était pas faux. Si le fameux pirate avait quitté la Pearl – et apparemment seul – c’est qu’il préparait quelque chose. Et Beckett pouvait parier qu’il ne s’agissait pas de quelque chose de très sain. Venant de la part de Jack Sparrow, on pouvait s’attendre à tout. La phrase de son interlocutrice concernant « l’attentat contre votre personne » fit bien sourire le bourgeois. En effet, c’était très possible. Mais ce qui vint ensuite ne fut guère gai. Un objet que Jack désirerait plus que tout, quelque chose à quoi il serait prêt à risquer sa vie consacrée à la piraterie ? En général, le pirate préférait appeler ses « amis » pour que ceux-ci viennent l’aider. Sa dernière mésaventure avec Jones, comme le lui avait rapporté Norrington, le prouvait bien. Mais si Sparrow était prêt à venir lui-même chercher ce qu’il cherchait… Un sourire amusé se dessina sur le visage jusqu’alors impassible du Lord. Qu’il en soit ainsi.

    - Jack Sparrow en liberté signifie beaucoup de choses, néfastes pour nous, malheureusement. Mais ça, vous l’avez saisi, n’est-ce pas ?

    Il ne tenait pas insinuer quoi que ce soit, mais Mary Edwards était une femme intelligente. Elle comprendrait que la situation n’était pas à prendre à la légère. Erreur : elle l’avait déjà compris. Il reprit, comme pressé d’en finir:

    - Bien. Comme une rencontre future est possible entre ce pirate et moi-même, je crois sage de doubler la surveillance.

    Il n’ajouta rien, préférant se replonger dans ses pensées moroses. Avec Sparrow aux alentours, les choses allaient enfin bouger pour de bon. Que recherchait réellement cet homme ? Était-ce, comme Mary l’avait sous-entendu, le cœur de Davy Jones ? Ce fameux cœur. Ce devait être horrible, même pour Jones, de se l’être arraché… Et pourquoi l’avait-il fait ? Pour une femme, nom de Dieu ! Mentalement, Lord Beckett se fit la promesse de ne jamais tomber amoureux…
Revenir en haut Aller en bas
Mary Edwards
Compagnie des indes
Compagnie des indes
avatar

Nombre de messages : 541
Age : 23
Localisation : Là où le vent se lève
Humeur : À la conscience taraudée...
Métier : Espionne actuellement infiltrée sur le Pearl sous le nom de Margareth Carter
Date d'inscription : 25/07/2007

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: La Journée de la Jupe   Jeu 30 Juil - 19:24

Lorsque son supérieur donna son aval quant aux décisions que avaient été prises dès l'annonce officieuse de la "disparition" de Jack,Mary opina brièvement,signifiant ainsi que l'information serait adressée dans les plus brefs délais aux personnes concernées,afin que toute l'organisation prévue se mette en place.Frapper vite et bien.Avec ce genre de personne mieux valait se montrer plus vif,plus adroit,plus rapide qu'en n'importe quelle autre occasion,avec n'importe qui d'autre.

-Il sera fait selon vos désirs... conclut-elle.

Un souhait,à peine énoncé.Et oh magie ! Dans l'instant,réalisé.Même pas besoin de claquer des doigts.Le niveau supérieur aurait été de pouvoir deviner ses vouloirs avant même qu'il ne les perçoive.Mais Dieu seul sait comment parvenir à ce résultat.
Tout obtenir sans mal,tel était l'un des avantages de la position de Beckett.La Compagnie des Indes,en plus d'être apte à fournir toutes les sortes de denrées,aussi bien rares que banales,se trouvait apparaître comme un poids considérable au sein du Gouvernement britannique,ainsi qu'une source d'inombrables richesses.Grâce à ces bases,l'on pouvait apporter tout et n'importe quoi au bien né,sur un plateau d'argent.Etonnant,n'est-ce pas,que dans ce cas,un simple homme comme Jack puisse échapper à ses filets meurtriers... Le capitaine n'avait rien ou presque,sinon la Confrérie,et son bateau.La première demeurait certes intouchable -pour le moment-,mais le second,bien que rapide,n'était point insubmersible.Une idée à creuser...Comme tant d'autres.


-En cas d'une abscence prolongée du capitaine,des instructions ont été données à nos artilleurs,ainsi qu'à nos hommes chargés de surveiller les quais : chaque navire,autre que ceux de la Navy et de la Compagnie,qu'il soit à l'arrivée ou au départ,sera fouillé.Ceux transportant des passagers devront pouvoir fournir aux autorités des documents d'identification pour chaque sujet monté à bord.Quant aux bâtiments faisant mine de pénétrer au port sans hisser de pavillon,ils seront envoyés par le fond sans sommation.

Des mesures exeptionnelles pour un cas pouvant se montrer préoccupant.Cela dit,quant à la sécurité du dirigeant de la EITC,même en temps normal,elle se trouvait d'ores et déjà plus qu'assurée,avec David Mercer,tel une seconde ombre,veillant sans relâche au bien-être de son maître.L'état d'urgence étant déjà mis en place à Port Royal,il était difficile de faire plus !
Cependant,le sujet semblait avoir lassé le noble,Mary le nota,si bien qu'elle choisit d'épargner à son supérieur la fastidieuse tâche de la congédier dans les règles.


-Avez-vous d'autres recommandations,Milord...?

La miss se risqua à poser sur lui,sans pour autant une nouvelle fois s'incliner.En effet,ce serait à Beckett de décider s'ils en resteraient là pour cet entretien,où s'ils n'étaient pas encore sur le point de se quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumactif-war.bbactif.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Journée de la Jupe   Ven 31 Juil - 4:32

    Le Lord écoutait distraitement les informations de son soldat. Il n’avait rien à ajouter, c’était parfait ainsi. La garde autour de Port-Royal se resserrait de plus en plus et si un fou désirait attaquer, il le paierait cher. Quant à ce cher Jack, il ne pourrait pas repartir aisément comme il était venu. Ah, la, la. Il était pris au piège. Peu importait vraiment ce qu’était venu chercher le pirate, c’était foutu pour lui. Ça lui apprendrait, à se mettre en travers du chemin de Beckett et de la Compagnie ! Vraiment, Sparrow était quelqu’un qu’il fallait éliminer le plus rapidement possible. Et le plus tôt serait le mieux. Quand Mary acheva de parler, Beckett mit son poing contre ses lèvres, souriant et savourant déjà sa victoire contre le Black Pearl. Non, contre la Confrérie entière ! Mou ha, ha, ha !!

    La jeune femme posa une question, et Beckett perdit son sourire. D’autres recommandations ? Non, tout était parfait. Le Lord secoua lentement la tête, en signe de négation. Il n’avait plus rien à ajouter, il ne restait qu’à attendre le chapitre final de la funeste vie de Jack Sparrow. Et le rideau tomberait sur sa gloire à lui, lui qui avait vaincu le pire pirate que le monde entier avait connu. L’homme s’humecta ses lèvres sèches et déclara, satisfait :

    - Non, pas pour le moment, merci. Vous pouvez disposer.

    Beckett se cala dans sa chaise, les bras nonchalamment placés sur les accoudoirs. Midi approchait et il avait vraiment besoin d’un thé. Oui, oui, bon, ce n’était pas le « Tea Hour », mais ça le détendrait. Mais de quoi ? Tout allait bien. Pour un peu, il serait sorti dehors en hurlant des « OUAIS !!! » même si cela lui aurait fait perdre sa réputation d’ « homme froid et calculateur ». Décidément, cette journée était excellente !
Revenir en haut Aller en bas
Mary Edwards
Compagnie des indes
Compagnie des indes
avatar

Nombre de messages : 541
Age : 23
Localisation : Là où le vent se lève
Humeur : À la conscience taraudée...
Métier : Espionne actuellement infiltrée sur le Pearl sous le nom de Margareth Carter
Date d'inscription : 25/07/2007

Votre personnage
Trésor:
Vos Relations:

MessageSujet: Re: La Journée de la Jupe   Mer 5 Aoû - 15:07

Et bien au moins un des deux sortait ravi de cette entrevue... Autant que le noble puisse l'être,bien entendu... Mary n'avait de toute manière pas espéré plus que cela,une discussion sans vague,à simple rôle informatif.Certains auraient vu le sourire du Lord comme un bon signe,une appréciation du travail fourni,un futur coup de pouce quant à une carrière débutant.Il ne fallait pourtant pas se leurrer.Rien n'était gratuit,et surtout pas à la Compagnie des Indes.Une récompense se méritait,et certainement pour plus que de simples nouvelles,aussi fraîches et positives soient-elles.
Sans plus demander son reste,miss Edwards le salua,peut-être un peu plus vite qu'à son arrivée.Envie pressante de s'en aller ? Bah.Elle ne le craignait pas.Dans un sens,peut-être aurait-elle dû,car entre ces murs de pierre froide,il passait pour Dieu.Cela dit,la demoiselle n'avait jamais été profondément croyante,ce qui la sauvait d'une crainte aussi puérile qu'enfantine.Respecter son employeur,d'accord,mais trembler comme une feuille dès qu'il ouvrait la bouche,c'était déplorable ! Même si ledit patron devait prendre son pied à chaque fois qu'une nouvelle recrue s'écrasait devant lui,penaude,fragile.L'anglaise n'appartenait plus à ce monde de crainte,depuis longtemps.Et en effet,il apparaissait comme normal que peu suivent son exemples : les drames et autres plaies mal refermées du type de ce qu'avait vécu l'espionne ne courraient pas les rues.
Perdue ses pensées,sans même appréhender le retour vers les mauvais blagueurs,elle reprit le couloir par lequel elle venait de passer,laissant Beckett à nouveau seul avec la fatigue de son insomnie...




Hj: Libre à l'Amiral de nous rejoindre "x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumactif-war.bbactif.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Journée de la Jupe   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Journée de la Jupe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tunisennes & Tunisiens appellent à la journée de la Jupe, aujourd'hui, 6 juin 2015
» Journée magique à Disneyland Paris le 14 juillet
» Journée exceptionnelle en région Chartraine
» Journée Mondiale de la poste 09/10/10
» Une journée à Disneyland Paris grâce à Gad Elmaleh !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Corbeille-
Sauter vers: